Bagarre génerale à Papara : un mort, les accusés devant le tribunal

justice tahiti
Nouvelle session d'assises, la première journée va s'ouvrir par un infanticide
Tribunal de Papeete ©Polynésie 1ère
A partir du 4 septembre s’ouvre la 3e session des assises de l’année, au tribunal de Papeete. Trois affaires sur les quatre concernent des homicides. Une avait particulièrement défrayé la chronique en juillet 2014 : la bagarre générale de Papara. Un jeune homme avait été tué.
La 3e session des assises de l’année s’ouvre avec une affaire de viol sur mineur. Le père, naturel ou adoptif (la justice n’a pas pu trancher) est accusé d’avoir violé sa fille de 13 ans pendant plusieurs années. Il risque 20 ans de prison. La mère, qui aurait assisté aux viols, comparaît libre pour non-empêchement de crime. Elle encourt 5 ans de prison. Le procès se déroulera à huis clos.

Les 7 et 8 septembre, les jurés jugeront un homme de 32 ans, accusé d’avoir poussé sa compagne dans un puits à Raroia, après une dispute, en octobre 2014. La jeune femme s’était noyée dans 60 cm d’eau. Au cours de l’enquête, l’accusé a multiplié les versions. Il sera aussi jugé pour l’incendie de la maison conjugale après les faits présumés.

Du 11 au 15 septembre, une semaine d’audience pour la bagarre générale de Papara, en juillet 2014. Elle avait impliqué au moins 18 personnes. Une expédition punitive qui s’était soldée par la mort d’un jeune homme de 22 ans et un autre gravement blessé. Les dossiers sont disjoints. Les jurés se pencheront sur l’homicide. Six accusés, libres sous contrôle judiciaire, devront répondre de leur rôle respectif dans cette expédition punitive, organisée après un vol de Bose. Les faits, avaient profondément choqué la commune. Les autres suspects comparaîtront devant le tribunal correctionnel pour le jeune homme qui avait été gravement blessé.

Enfin, au dernier jour des assises comparaîtra un homme de Fangatau, jugé pour coups mortels sur sa femme de 38 ans, en avril 2014. Le couple avait passé la journée à se disputer, sur fond de beuverie au komo entre amis, sur le petit atoll des Tuamotu. Les coups pleuvent de tous les côtés. Mais le mari est accusé de l’avoir finalement poussée du scooter. Une chute fatale.

Les peines lourdes issues des assises seront désormais purgées au Centre Tatutu, de Papeari, où plus de 200 détenus ont déjà été transférés.
Bagarre générale : 1 mort, les accusés devant le tribunal

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live