polynésie
info locale

Cancer : l’importance de se faire dépister

cancer tahiti
journée mondiale contre le cancer
La ligue contre le cancer fête ses 20 ans d’existence au fenua. Elle organise une semaine nationale de lutte contre le cancer. L’occasion pour cette association de rappeler aux polynésiens combien il est important de se faire dépister. 
Les chiffres sont alarmants. 300 décès par an, cela représente un peu plus de 10% de la population polynésienne. 600 personnes déclarent avoir un cancer, c’est presque deux personnes par jour. Pour pallier cela, en juin 2017, le gouvernement a lancé son plan cancer qui contient 8 axes, 29 objectifs, 48 orientations et 91 mesures.

Les recommandations présentées couvrent les champs d’intervention de la lutte contre le cancer. Un plan cancer estimé à 2 milliards de francs. Le plan cancer de la Polynésie pour la période 2018-2022 fixe les orientations, les objectifs et les actions prioritaires à cinq ans. Un comité de pilotage devrait être mis en place.  Il devrait se réunir deux fois par an, pour faire un point sur l’avancée de sa mise en œuvre.

En attendant, la "Ligue contre le cancer" œuvre chaque jour auprès des patients. Elle fait également de la prévention auprès de la population polynésienne. Cette année, elle fête ses 20 ans d’existence sur le territoire. L’occasion, d’une part, de rappeler que cette maladie est un véritable fléau en Polynésie. D’autre part, tout au long de cette semaine, la ligue et les professionnels de santé vont multiplier les messages par rapport au dépistage. Patricia Grand est la présidente de la Ligue contre le cancer, et elle ne cesse de répéter : « il faut se rendre chez son médecin pour se faire dépister ! ». Elle délivre au micro de Gilles Tautu quelques précieux conseils.

Patricia Grand

Patricia Grand, présidente de la ligue contre le cancer

Tout le monde est concerné par cette maladie. Chez les hommes, les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du poumon et du côlon-rectum. Les femmes sont plus touchées par le cancer du sein, du côlon-rectum et du poumon. Des chiffres plus alarmants sont constatés en Métropole. En effet, dans l’hexagone, on compte 400.000 nouveaux cancers en 2017, et 150.000 décès.
Publicité