publicité

Droits des journalistes : RSF dénonce la décision du CESC

Dans un communiqué, Reporter sans frontière demande à ce que les droits des journalistes polynésiens soient alignés sur ceux de leurs confrères de métropole.

© RSF
© RSF
  • polynesie1ere.fr, avec communiqué de RSF
  • Publié le
Suite au rejet, le 27 septembre dernier, du CESC concernant le projet de modification du code du travail qui vise à améliorer la protection des journalistes et à garantir la liberté et l’indépendance de la presse en Polynésie française, Reporter sans frontière (RSF) a vivement réagi via un communiqué. L'ONG qui œuvre au quotidien pour défendre la liberté de la presse, le droit d'informer et d'être informé, demande à l’Assemblée de Polynésie qui vote les lois, de ne pas suivre l’avis du CESC.

Plusieurs dispositions permettant de protéger les journalistes en cas de rupture de leur contrat de travail (indemnités de licenciement) et de garantir une indépendance de l’information (clauses de conscience et clauses de cession) ont été retoquées par le CESC de Polynésie en septembre 2016, au motif que les journalistes polynésiens n’ont pas à bénéficier de ces garanties d’indépendance en raison de «l’étroitesse du marché local et du nombre restreint d’entreprises » dans le secteur des médias sur l’archipel. C’est la deuxième fois en quatre ans que le Conseil émet un avis défavorable à un projet visant à protéger l’indépendance des journalistes de Polynésie.

"Les clauses permettant au journaliste de refuser un ordre de son employeur s’il est contraire à la déontologie ou de refuser la nouvelle orientation éditoriale d’un média racheté par un nouvel actionnaire sont des garanties qui existent dans l’hexagone et qui devraient être instaurées en Polynésie également, déclare Pauline Adès-Mével, responsable du bureau UE-Balkans de RSF. RSF demande donc à l’Assemblée de Polynésie française qui doit examiner le texte sous peu, de soutenir la liberté et l’indépendance de la presse en votant ces dispositions".
 
La France occupe la 45ème position sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse 2016 établi par RSF.
 

Sur le même thème

  • médias

    Deux journalistes condamnés pour diffamation

    Le ministre du logement, Jean-Christophe Bouissou, attaque deux journalistes de Tahiti Pacifique Magazine pour diffamation, après la publication d'un article relatant ses liens avec le sulfureux hommes d'affaires, Dominique Auroy. Les journalistes ont été condamnés à 10 000 F d'amende chacun.

  • médias

    L'Outre-mer plus visible sur France Télévisions

    France Télévisions a signé jeudi avec les ministres de la Culture et de l'Outre-mer un « Pacte pour la visibilité des Outre-mer », avec des engagements chiffrés sur la diffusion de programmes ultramarins sur ses chaînes alors que France Ô doit disparaître à l'été 2020. 

  • médias

    Les Kidreporters bientôt sur Polynésie 1ère !

    En tournage à la station Polynésie la 1ère mercredi 24 avril nos kidreporters en ont profité pour nous annoncer depuis nos studios radio et sur le plateau de Fare Maohi la prochaine diffusion des Kidreporters sur nos médias (télé et internet).

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play