Echange professionnel et culinaire entre pompiers métropolitains et polynésiens

pompiers tahiti
Echange professionnel et culinaire entre pompiers métropolitains et polynésiens
©Polynésie la 1ère
Affectés à la caserne de Teva I Uta, 5 pompiers métropolitains venus en renfort se sont exercés ce matin à descendre en rappel avec une victime le long d'une paroi. Des techniques identiques aussi bien en Polynésie que dans l'Hexagone. A l'issue, ils ont aussi préparé un ma'a Tahiti.

Parés à tout. Telle pourrait être la devise des pompiers, qu'ils soient d'ici ou d'ailleurs. Parmi les 44 sapeurs-pompiers et militaires de la sécurité civile arrivés en renfort dans les casernes des communes, les 5 affectés à la caserne de Teva i Uta ont effectué un exercice particulier ce matin. Perchés au-dessus de la cascade, leur entraînement a consisté à descendre en rappel le long d'une paroi rocheuse balayée par une cascade, mais avec un "touriste" souffrant d'une fracture au bras droit.

Echange professionnel et culinaire entre pompiers métropolitains et polynésiens
©Polynésie la 1ère

                                                                                         

En métropole comme ici, la formation est commune et les techniques sont identiques. "L'objectif est de descendre cette personne en prenant un maximum de précaution. C'est pour ça que le sauveteur descend exactement à la même vitesse que cette victime. C'est une évacuation assez compliquée, par le biais d'une cascade. Les équipes conventionnelles ne pourraient pas forcément utiliser cette technique car elles n'ont pas cette connaissance. D'où la nécessité de faire appel à une équipe spécialisée comme le GRIMP (Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux)", explique le commandant Olivier OMONT, de la compagnie SDIS du Nord, et chef du détachement des pompiers venus en renfort.

Le parc Vaipahi à Papeari et ses jardins d'eau constituent un endroit magnifique pour cet entraînement peu commun. Les soldats du feu venus tout droit de l'Hexagone n'en reviennent pas. En France, ils s'entraînent 1 fois par mois dans un site naturel. "C'est un site exceptionnel...pour nous qui venons en renfort, c'est une chance de pouvoir échanger. Nous on apporte des choses, mais pour le coup, c'est nous qui découvrons le cadre idyllique de l'île", déclare le caporal Eric Pawlowski originaire du Pas de Calais.

Echange professionnel et culinaire entre pompiers métropolitains et polynésiens
Gaston Tunoa très content de recevoir les pompiers du nord de la France. ©Polynésie la 1ère

 

Des renforts ravis d'exercer à Tahiti, de quoi ravir aussi le chef de pompiers de Teva I Uta. Travailler avec eux est bénéfique dans les deux sens. "Avec les compétences que certains ont en métropole, et les échanger avec les pompiers de Polynésie", c'est du gagnant-gagnant pour le lieutenant Gaston Tunoa.

Ecoutez Gaston Tunoa :

Gaston Tunoa

 

En temps normal, ses hommes effectuent 3 interventions par jour pour 10 365 habitants sur une distance de 15 km. Mais depuis l'aggravation de la pandémie, ils interviennent 17 fois par jour pour des cas covid ! 

Echange de bons procédés

 

Sans compter les accidents sur la voie publique, les femmes enceintes, les feux urbains, les feux de brousse, les secours en mer et secours en montagne. D'où l'exercice du jour, avec leurs homologues métropolitains.

Ces derniers sont complètement pris en charge par la commune de Teva i Uta, repas et logement compris. Et aujourd'hui, c’est à leur tour de préparer le déjeuner. Un ma’a Tahiti, pour goûter aussi à l’art de vivre local. "On aura du taro, du uru, des patates douces", s'exclame le pompier Anaïs Misiek du SDIS 62.

Echange professionnel et culinaire entre pompiers métropolitains et polynésiens
Apprendre à râper le coco pour préparer le ma'a Tahiti. ©Polynésie la 1ère