Entretien avec le Haut-Commissaire

sécurité tahiti
Entretien avec le haut-commissaire
©polynesie.la1ère
Dans une interview accordée hier soir au journal télévisé de Polynésie la Première, le Haut-Commissaire a fait le point de la situation en Polynésie sur le front du covid-19. Aides de l’État au pays, aux compagnies aériennes, retour des polynésiens bloqués, réouverture des frontières...
 

Aides aux compagnies aériennes


Le secteur est très durement touché . En Polynésie il représente près de 2000 emplois dans les deux compagnies locales. Alors que Air France vient de recevoir un prêt ( à rembourser) de 7 milliards d'euros, les compagnies polynésiennes en appellent aussi à l'aide de l’État

Le gouvernement (central) étudie la possibilité de mettre en place un appui pour les compagnies aériennes.

Dans l'immédiat les prêts garantis par l’État sont mis en place pour Air Tahiti et Air Tahiti Nui pour leur donner un peu de marge de trésorerie en attendant d'autres aides. Une réflexion est en cours pour aider toutes les compagnies ultramarines.
 

Ouverture des frontières


Tout dépendra de l'évolution mondiale. La Polynésie a mis en place un sas. Tests et quatorzaine obligatoire. La priorité c'est de protéger le pays du coronavirus.

 

Retour des polynésiens bloqués en métropole


24 evasans sont rentrés au cours du vol précédent, d'autres doivent arriver par le prochain vol. La priorité des vols de continuité est donnée au fret médical indispensable. Des passagers supplémentaires pourront embarquer mais en petits groupes uniquement en fonction de la place restante. La sélection se fait sur les impératifs familiaux.

A terme il faut voir dans quelle conditions la reprise des vols commerciaux pourrait intervenir

Les étudiants doivent aussi terminer leur scolarité en métropole la question pour eux se posera plutôt vers fin juin.
 

L' A 400 M


Cet avion est un appui de l'armée qui servira éventuellement pour des opérations d’évacuations sanitaires vers la nouvelle Zélande alors que les compagnies habituelles n'opèrent plus. Il n'est pas là pour remplacer les moyens existants en Polynésie.

il n'y a pas de concurrence [...]c'est uniquement pour des opérations d'urgences.

Il a servi a ravitailler les Australes en produits de première nécessité de manière exceptionnelle, à la demande des tavana.
 

Aides économiques


Les pertes de la Polynésie sont évaluées à 125 milliards de cfp. L’allègement du confinement sert aussi à aider l'économie locale.

On travaille sur un dispositif d'aide pour le pays. On en a parlé avec le président de la République en visio-conférence.

un certains nombre de dispositifs ont déjà été mis en place :
  • Fonds de secours d'aide aux entreprises. 2500 dossiers ont été déposés.
  • Prêts garantis par l’État, 700 dossiers déposés pour un montant de 36 milliards de cfp.
  • L'IEOM a accordé des avances aux banques à des taux négatifs pour faciliter leurs actions.
Une réflexion est en cours pour voir comment cibler des aides spécifiques sur le secteur touristique, de loin le plus touché.
 

Long week-end, risque de relâchement ...


Tout danger n'est pas écarté, il faut éviter les regroupements. Le maintien des gestes barrières reste plus que jamais indispensable.

Les polynésiens ont été très responsables et très disciplinés il faut continuer à respecter les mesures de précautions.



Un problème de transmission indépendant de notre volonté a interrompu en partie l'interview du Haut-Commissaire lors de sa diffusion télévisée. Retrouvez ci dessous l'intégralité de l'entretien que Dominique Sorain a accordé à Heiata Buluc et Patrick Tsing Tsing :
Les Outre-mer en continu
Accéder au live