polynésie
info locale

Coronavirus : l'angoisse des parents

coronavirus faaa
Coronavirus écoles
image d'illustration ©RP
Alors que la Polynésie française a décidé de garder ses établissements scolaires ouverts, de nombreux parents d'élèves ont déjà décidé de garder préventivement leurs enfants à la maison. Dans beaucoup d'écoles l'absentéisme était plus élevé que d'habitude, ce vendredi.
"Laissez les enfants venir à l'école" avait exhorté hier jeudi la ministre de l'éducation Christelle Lehartel aux parents d'élèves polynésiens, au lendemain du premier cas de coronavirus confirmé en Polynésie, et alors que le président de la République Emmanuel Macron venait d'annoncer la fermeture des établissements scolaires en France.

Manifestement certains n'ont pas écouté cet appel.  Les établissements scolaires du Fenua ont noté une augmentation sensible du nombre d'absents, ce vendredi.

Eric par exemple n'a pas envoyé sa fille à l'école aujourd'hui. Il compte la garder avec lui, "le temps que ça durera" dit-il.
 

"C'est un peu en suivant l'actualité, et puis l'avancée de coronavirus, et en voyant la psychose des gens sur les réseaux sociaux (...) j'ai trouvé préférable suivant ma responsabilité aussi en tant que parents de garder ma petite avec moi à la maison que de l'envoyer à l'école."

Eric, parent d'élève

 
Coronavirus écoles
image d'illustration ©RP

Des petites classes au collège, en passant par l’Université, tous les établissements de Polynésie ont noté en ce vendredi un taux d'absentéisme plus élevé que d'habitude.

A l'école maternelle et élémentaire de St-Paul Ste Thérèse, il y avait 25 élèves absents hier jeudi. Ils étaient 65 aujourd’hui, comme l'explique la directrice adjointe de l'école Marie Garbutt.
 

Marie Garbutt


Dans deux autres écoles de Faa'a, une primaire et une maternelle, les chiffres sont encore plus frappants, avec 40% d'absentéisme en ce vendredi.

Ce vendredi matin un élève de l'école Paopao de Moorea a été évasané sur l'hôpital du Taaone. Il présenterait les symptômes du coronavirus, mais le cas n'est pas encore confirmé.

Le reportage de Thierry Stampfler et Roan Pouturu.
©polynesie