French Bee va faire escale à Pointe-à-Pitre

coronavirus la guadeloupe
French Bee a transporté plus de 20 000 passagers entre juillet et septembre
©christophe Marquand
La compagnie low cost a opté pour la base arrière du réseau Air Caraïbes dont elle fait partie. Elle estime que le Canada, l'option pour laquelle Air Tahiti Nui semble pencher, risque de mettre en oeuvre dans les prochains jours les mêmes restrictions que les Etats-Unis.
Marc Rochet, Président de FrenchBee, a annoncé ce vendredi à Orly que la compagnie aérienne qui dessert la Polynésie française via San Francisco va transiter désormais par Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, à partir de dimanche soir et pour une durée d’une semaine. Pointe-à-Pitre est la plus grosse escale du réseau Air Caraïbes, dont fait partie French Bee. C'est une mesure d'urgence pour la compagnie, qui pourrait être amené à la faire évoluer.
 

"On a envisagé de passer par le Canada mais nous pensons que la Canada va appliquer dans les jours, dans les heures qui viennent les mêmes dispositions que celles qui sont en vigueur aux Etats-Unis".

Marc Rochet

 

Marc Rochet


Pour la suite, Marc Rochet propose une entente avec les autres compagnies françaises qui desservent la Polynésie pour assurer les vols vers la destination, dans l'espoir de pouvoir continuer à assurer, ensemble, un vol tous les deux jours entre Paris et Tahiti.
 

Marc Rochet

Face à la pandémie de coronavirus, le Président des Etats-Unis, Donald Trump, avait annoncé mercredi la fermeture totale des frontières américaines à tous les passagers en provenance d’Europe, Royaume-Uni et citoyens américains exclus, à partir de ce vendredi minuit, pour les 30 prochains jours. L'annonce force les compagnies aériennes à trouver dans l'urgence des solutions pour continuer leur desserte de la Polynésie française. 
 
©polynesie
 
French Bee va faire escale à Pointe-à-Pitre
Les Outre-mer en continu
Accéder au live