Front commun des Conseils Economiques de Tahiti, Wallis et Nouméa

océan pacifique tahiti
CESC
©Présidence
Le Président de la Polynésie française Edouard Fritch, accompagné de son gouvernement, a reçu, lundi matin, les délégations du Conseil Economique Social et environnemental de Nouvelle-Calédonie et du Conseil consultatif, social et économique de Wallis et Futuna.
Un déjeuner a été organisé à la Présidence pour l’occasion. Le Président de l’Assemblée des Conseils Economiques, Sociaux et Environnementaux des Régions de France, le Président du Conseil Economique Social et Culturel de Polynésie française, ainsi que de nombreux représentants locaux, y ont également participé.

Front commun des Conseils Economiques de Tahiti, Wallis et Nouméa

 
Dans son allocution le Président Edouard Fritch a salué la signature, en août dernier, d’une convention de partenariat entre le Conseil économique social et environnemental de Nouvelle-Calédonie, le Conseil économique et social de Polynésie française et le Comité consultatif, social et économique des Iles Wallis et Futuna. Il a rappelé notamment qu’en tant que Président de l’Assemblée de Polynésie française, il avait signé une convention de partenariat avec l’Assemblée de Nouvelle-Calédonie dans le même esprit, celui de la coopération et des échanges sur les expériences réciproques de chacun. Il a notamment expliqué que « tant au niveau de nos institutions qu’au niveau politique, cette coopération entre nos collectivités est une réalité qu’il convient de développer », en insistant sur la nécessité d’« agir en synergie et parler d’une seule et même voix » sur les nombreuses problématiques communes aux trois territoires.
 
Le Président a également insisté sur la nécessité de développer de véritables échanges économiques entre les territoires français du Pacifique, qui jouissent d’une position géographique stratégique, entre l’Asie et le continent américain. Le Président a précisé que ces échanges « pour l’heure restent encore bien maigres alors que chacun d’entre nous avons des productions propres qui peuvent intéresser les autres plutôt que s’approvisionner systématiquement sur les marchés extérieurs. Il est évident que, collectivement, nous constituons un marché beaucoup plus intéressant pour nos entreprises ». Le président du CESC de Polynésie française, Angelo Frébault, a précisé, pour sa part, dans son intervention que le développement des relations économiques au sein de la région Pacifique était une question dont s’est saisi récemment le conseil économique, social et environnemental de Nouvelle-Calédonie.
 
Enfin, Edouard Fritch a évoqué les liens historiques et humains qui lient les collectivités françaises du Pacifique, liens qu’il s’attachera à faire vivre et développer.

(D'après communiqué)