polynésie
info locale

La guerre est déclarée entre les pensions de familles et Airbnb

tourisme Tahiti
Mélinda Bodin, présidente de l'association des hôtels de famille de Tahiti et ses îles
©Polynésie 1ère
Alors que le salon du tourisme approche, l’association des hôtels de famille de Tahiti et ses îles (HFTI) est réunie pour son séminaire annuel de travail. C'est l’occasion pour elle d’aborder des sujets sensibles et en particulier leur inquiétude face au phénomène Airbnb.

Le séminaire annuel de travail de l’association des hôtels de famille de Tahiti et de îles (HFTI) se déroule en ce moment même. Mardi 30 et mercredi 31 août, 29 représentants de l’association travaillent sur le thème de l'authenticité, "le Mana" des îles, axe de développement stratégique du GIE Tahiti Tourisme.

Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, les membres de l’HFTI, essayent de trouver des solutions pour se réapproprier leur environnement afin d’offrir aux touristes un cadre de voyage plus authentique.

Autre point abordé, l'inquiétude des pensions de familles face à l’engouement grandissant du concept de logement Airbnb, une formule qui séduit des millions de voyageurs chaque année et qui propose plus de 300 maisons et appartements en Polynésie. 
 Les professionnels du logement, qui représentent 33 % de l’offre d’hébergement, se sentent dépassés par ce nouveau système de location d’appartements et de maisons entre particuliers.
Autre concurrence déloyale d’après les gérants de pensions : celle des habitants venant directement à l’aéroport proposer des chambres. Les pensions se retrouvent donc souvent avec des chambres ou des bungalows vides.

En plus de la question de la concurrence déloyale, se pose également celle des taxes imposées aux pensions de familles et dont les nouveaux systèmes de logement sont exemptés. La présidente de l’HFTI, Mélinda Bodin, dit accepter ces nouveaux moyens de logement mais déclare que si d’autres personnes veulent monter d’autres systèmes, il faut qu’elles acceptent de se plier à la réglementation.

A la suite de la conférence, qui a eu lieu mardi 30 août, le ministre du tourisme Jean-Christophe Bouissou, a affirmé qu’il modifiera la réglementation pour ces nouveaux « patentés de l’hôtellerie ». Le texte est attendu avant la fin de l’année 2016.
la guerre est déclarée entre les pensions de famille et Airbnb

 

Publicité