Haltérophilie, soulever plus que son poids de corps

sport tahiti
Haltérophilie
©Polynésie la 1ère
Samedi 7 mars, s'est déroulé le premier test de la saison en vue des mini Jeux puis des Jeux du Pacifique. Les athlètes se préparent petit à petit avec notamment cette compétition à l'arraché. 

 
Ce samedi, il n'y avait pas d'épauler jeté, exclusivement de l'arraché... Une seule discipline, pour que la compétition et donc les entraînements en amont, soient bien spécifiques. Et, l'homme fort de cette journée est un Marquisien en soulevant la charge la plus lourde : 120 kg. "On s'entraîne beaucoup depuis l'année dernière (...) A la base, on fait du crossfit, où il y a de l'haltérophile, de la gymnastique et des sports d'endurance", confie Jack Tahiaipuoho, grand vainqueur du 120 kg à l'arraché. 

Cette compétition consiste à tirer la barre au-dessus de sa tête en un seul temps, bras tendu et le plus rapidement. "Si l'athlète a réussi son premier essai, il peut demander à monter de 2 à 5 kg selon sa forme", explique Manu Buchin, organisateur du marathon haltérophilie. Parmi les gagnants de cette compétition à l'arraché, John Aiamu, vainqueur en catégorie 105 kg. "Dans l'ensemble, ça s'est bien passé. Je suis satisfait de ce que j'ai fait."

Chez les femmes, Vanina pratique le crossfit depuis de deux ans. Et, elle se surclasse dans la catégorie moins de 60 kg. "J'ai pu soulever plus lourd que mon poids c'est à dire 59 kg, mais il y a mieux. Mais, je suis contente", confie Vanina Teheipuarii. Marie Helme, elle, est la grande gagnante chez les femmes avec une charge de plus de 62 kg.