Il soufflait comme un vent de campagne à la session budgétaire

assemblée de polynésie française tahiti
Assemblée de Polynésie
©Polynésie 1ère
Jeudi 7 décembre, à l'Assemblée de Polynésie où s'est déroulée la 7e session budgétaire, il y avait déjà comme un air de campagne électorale...
"Le programme économique du gouvernement a pleinement contribué à accentuer la croissance et à ramener la confiance". Une phrase prononcée par le président du Pays dans son discours d'ouverture de la 7e session budgétaire qui s'est tenue jeudi 7 décembre, à l'Assemblée de Polynésie.

Au programme de cette session : l'examen du budget primitif de la Polynésie française pour 2018, soit un peu plus de 161 milliards cfp dont environ 23% consacrés à l'investissement.

Si pour le gouvernement on parle de "poursuite de la relance", cela reste insuffisant pour l'opposition. "La répartition des finances, on ne voit rien (...) Ils continuent à faire ce qu'ils n'ont pas fait", dénonce Teura Iriti, représentante Tahoeraa Huiraatira.

"Lorsqu'on est en campagne, on peut critiquer les autres mais on peut surtout proposer des choses", estime de son côté Teva Rohfritsch, vice-président du Pays. Une session où soufflait donc comme un vent de campagne électorale...

Les élus ont également renouvelé le budget de l'Assemblée, qui n'augmente pas. Il est donc de 2 milliards 260 millions cfp pour l'an prochain.


Le discours d'Edouard Fritch :

Discours d'Edouard Fritch




Les Outre-mer en continu
Accéder au live