Ils avaient tabassé des matahiapo : 4 ans de prison

violence tahiti
Ils avaient tabassé des matahiapo : 4 ans de prison.
La mère a été mise en détention ©Polynésie première
Une mère, ses trois fils et leur cousin ont été condamnés à des peines de prison ferme. Ils avaient tabassé un couple de matahiapo de 80 ans en août 2016 pour dérober 30 000 cfp et 200 paquets de cigarettes.
Verdict pour la mère : 4 ans de prison dont 2 avec sursis – 3 ans de mise a l’épreuve – obligation de travail, d’indemniser les victimes et interdiction de rentrer en contact avec les victimes, d’approcher leur habitation et local de commerce. Maintiens en détention.

Verdict pour son fils : 4 ans de prison dont 2 avec sursis – 3 ans de mise a l’épreuve – obligation de travail, d’indemniser les victimes et interdiction de rentrér en contact avec les victimes, d’approcher leur habitation et local de commerce.

Pour le cousin : 1 an avec sursis – 3 ans  de mise à l’épreuve et obligation de travail, d’indemniser les victimes et interdiction de rentrer en contact avec les victimes, d’approcher leur habitation et local de commerce.

Ils sont également condamnés solidairement à verser 1.5 millions cfp au couple.
Ils avaient tabassé des matahiapo : 4 ans de prison.
le fils et le cousin ont comparus libres ©Polynésie première

Les deux jeunes frères mineurs au moment des faits, ont déjà été jugés par le tribunal pour enfants le mois dernier. Le plus jeune de la bande a écopé de 6 mois de prison avec sursis, mais l’autre mineur, auteur des coups sur le papy, a été condamné à 18 mois de prison ferme et 18 mois de sursis.

L’affaire avait ému la Polynésie. Dans la nuit du 11 août ils avaient ligoté et frappé le couple de commerçants avant de dérober 30 000 cfp et des cigarettes. La mère s’est révélée être le commanditaire de l’expédition. Elle a déclaré avoir poussé ses enfants au cambriolage pour éponger une dette de 800 000 francs auprès de l’OPH.

A l’audience elle a regretté avoir mis ses enfants dans cette situation.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live