publicité

Invitée du JT : Willy Tevaria de l'association d'entraide "A Tauturu ia na"

 L'association "A Tauturu ia na" s'occupe des familles de patients, évacués sanitaires.

Invité : Willy Tavaria, association "A Tauturu iana © Polynesie1ere
© Polynesie1ere Invité : Willy Tavaria, association "A Tauturu iana
  • Par Webmaster
  • Publié le , mis à jour le
Menacés il y a quelques jours de quitter les locaux qu'ils occupaient depuis quinze ans rue Wallis à Papeete, une maison gracieusement prêtée par l'OPT,
l'association d'entraide  A Tauturu ia na pourra finalement rester sur place en attendant de trouver une solution de remplacement.
Invité : Willy Tevaria, association "A Tauturu iana
Solidarité et l'on va parler de l'association "A Tauturu ia na"! qui s'occupe des familles de patients, évacués sanitaires. Menacés il y a quelques jours de quitter les locaux qu'ils occupaient depuis quelques année rue Wallis à Papeete, Une maison gracieusement prêté par l'OPT, et bien le président Edouard Fritch leur a finalement permis de rester encore en attendant de trouver un autre lieu de travail. C'est pourquoi nous accueillons ce soir .... Willy Teravia L'association est là pour informer les familles, cibler les besoins et aussi fournir un accompagnement psychologique d'où la nécessité d'avoir une permanence. Nous nous occupons d'environ 400 familles et la permanence de l'association est tenue tous les jours par des bénévoles. S'agissant du local nous tenons à dire que nous n'avons pas de conflit avec l'OPT qui nous a prêté ce local pendant des années à titre gracieux. Néanmoins la convention arrive à son terme et il nous faut trouver une autre solution. Nous avons fait appel aux politiques, aux institutions pour trouver une nouvelle structure d'accueil.  -  Polynesie1ere  - 

"Nous nous occupons d'environ 400 familles et la permanence de l'association est tenue tous les jours par des bénévoles. S'agissant du local nous tenons à dire que nous n'avons pas de conflit avec l'OPT qui nous a prêté ce local pendant des années à titre gracieux. Néanmoins la convention arrive à son terme et il nous faut trouver une autre solution. Nous avons fait appel aux politiques, aux institutions pour trouver une nouvelle structure d'accueil."

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play