La crise covid fragilise grandement le tissu social

social tahiti
Crise sociale covid
©polynesie.la1ère
Malgré les mesures de sauvegarde mises en place par le Pays et l'Etat, plus de 4000 emplois ont été détruits depuis le mois de mars. Malgré les dispositifs renforcés de solidarité, le coronavirus a décuplé la précarité ou aggravé la situation déjà critique des plus vulnérables. Etat des lieux.

 

La crise économique liée à la crise sanitaire a fragilisé et continue de fragiliser le tissu social. 


L'aide alimentaire est l'un des premiers baromètres de la précarité. La DFSE, la direction des solidarités, de la famille et de l'égalité a enregistré du 1er janvier au 1er octobre, plus de 40 000 demandes d'aide de 1ére nécessité, pour un montant total á aujourd'hui de 750 millions.  Il s'agit, pour la grande majorité d'aides alimentaires. Fin octobre, plus de 620 millions ont été débloqués pour les ressortissants du régime de solidarité. Près de 112 pour le régime des salariés.13 pour le régime des non-salariés. Le reliquat pour le RSPF et le RNS est suffisant pour terminer l'année. La direction des solidarités a demandé une dotation supplémentaire de 10 millions pour abonder le fonds d'action sociale du RGS.
 

Soutien aux familles


Le soutien aux familles en situation d'urgence sociale reste l'une des grandes priorités du projet de budget 2021 du Pays: la convention exceptionnelle de solidarité sera á nouveau abondé tout comme la dotation allouée à l'AISPF, l'agence immobilière a vocation sociale de la Polynésie.
Un train de nouvelles mesures est prévu comme la hausse de l'allocation rentrée scolaire pour les familles les plus nécessiteuses ou encore de l'allocation logement pour les locataires de l'OPH ayant perdu leur emploi. L'augmentation à 15000F des allocations familiales pour les RSPF est toujours d'actualité.
 

Tensions sociales


On l'a vu: l'accélération des fragilités et des vulnérabilités sociales exacerbe aussi les tensions. Les assistants sociaux de Papeete ont débrayé le 10 novembre dernier pour tirer la sonnette d'alarme face aux insultes, menaces voire coups dont ils sont victimes de la part de certains demandeurs. Ils ont aussi pointé du doigt le manque d'effectifs á la DFSE.  Un manque de travailleurs sociaux à l'origine d'une grève en février dernier. 
Un déficit en personnel constaté l'an dernier par la chambre territoriale des comptes dans son rapport sur la gestion des ressources humaines du Pays. La CTC faisait état d'une sous-dotation de 85 postes.
Un espoir certain: le Pays met en place le mois prochain, un concours de recrutement d'assistants sociaux éducatifs. Les épreuves du concours vont débuter  le 1er décembre. Les inscriptions sont closes depuis jeudi dernier. 

Les explications de Marie-Christine Depaepe :

Crise sociale

Les Outre-mer en continu
Accéder au live