Le 13ème salon des Australes ouvre ses portes

artisanat tahiti
australes
©Présidence
"Le principal défi pour les exposants est de faire face à la concurrence de produits venus de l'extérieur" a souligné le Ministre du développement des activités du secteur primaire, à l'occasion de l'ouverture des portes dans le Hall de l'Assemblée de Polynésie
« C’est la 13ème édition consécutive que nous célébrons, c’est dire combien cet évènement, qui a su fidéliser le public, est désormais entré dans nos habitudes. Votre travail, votre création, s’inscrivent dans une conception respectueuse des techniques traditionnelles. Pour autant, votre savoir-faire unique ; véritable label de qualité, bénéficie de la mise en œuvre de moyens de communication et de commercialisation adaptés au temps présent », a souligné le ministre de l'agriculture, Frédéric RIVETA lors de son discours d’ouverture.
 
Cet événement annuel regroupant 5 fédérations est composé de 60 artisans provenant des îles de Rapa, Raivavae, Rimatara, Rurutu et Tubuai. Le thème de cet année, « Ha’afaufaa mai te rauraa o te mau pupu o to oe huna », met à l’honneur les coquillages des îles Australes tels que la porcelaine, les « pupu taratara », « pupu re’are’a » ou « pupu ‘uo’uo » montés en colliers, en bracelets ou en ceintures. Ils orneront aussi les chapeaux et paniers des dames.
 
Le ministre a tenu à saluer le travail des artisans qui doivent aussi faire face à la concurrence de produits venus de l’extérieur. « Les productions que vous proposez illustrent votre capacité à maintenir les traditions transmises par les anciens, en vous adaptant aux nécessités et aux contraintes économiques et commerciales qu’imposent la société moderne, par votre créativité et la qualité de vos œuvres », a expliqué Frédéric RIVETA.
 
On retrouve également lors de cette manifestation des nattes (peue), paniers, chapeaux et « tapa » confectionnés à partir de matières typiques de ces îles telles que le pandanus (paeore), le roseau de montagne (aeho), les jeunes feuilles de cocotier (ni’au) et les écorces de « purau » ou de l’arbre à pain teintes au gingembre (re’a ma’ohi) ou à l’écorce de bois de fer (aito).
 
Le public peut notamment découvrir les œuvres sculptées de Raivavae, qui se distingue par une combinaison de motifs géométriques. Cet art suscite d’ailleurs un engouement certain chez les jeunes artisans.
 
Par ailleurs, durant la durée du salon, des concours autour de la sculpture et, pour la première fois, autour de l’organisation de la célébration d’un mariage, sont organisés. Pour ce dernier, les participants première seront tenus de prévoir chaque étape des préparatifs, depuis la confection des accessoires (coiffe, bouquet, parure) jusqu’à la tenue des mariés, le tout dans la plus pure tradition des îles Australes.
 
Les plus belles créations de ce salon seront aussi mises à l’honneur, le vendredi 7 novembre à 11 h, lors d’un défilé sur fond de cérémonie de mariage, lequel sera suivi d’une remise des prix.

(D'après communiqué)
Les Outre-mer en continu
Accéder au live