publicité

Le saviez vous ? Le lagon de Moorea est le seul site classé et protégé de Polynésie

Le lagon de Moorea a été classé le 15 Septembre 2008 pour une superficie de 5000 Ha dans le cadre de la convention de Ramsar qui protège notamment les célèbres baies du Mont Saint Michel ou le Parc de Camargue, pour la préservation des zones humides.

Moorea © D.R.
© D.R. Moorea
  • Par Pierre-Emmanuel Garot
  • Publié le , mis à jour le
Avec avec son récif de corail,  des plages, des zones permanentes de faible profondeur d'eau de mer et des lagons d'eau salée, il est l'un des mieux connus au monde et sert d'habitat pour de nombreuses espèces marines menacées comme le corail, les éponges, les mollusques et les crustacés. Le lagon de Moorea est aussi un lieu de frayère pour bon nombre de poissons. Beaucoup d'oiseaux de mer, tels que le Pétrel de Tahiti (Pseudobulweria rostrata), le Puffin du Pacifique (Puffinus pacificus) et le Puffin de Baillon (Puffinus bailloni) s'y reproduisent régulièrement. De nombreuses activités humaines sur l'île dépendent des ressources et des services fournis par cet écosystème pour les besoins du tourisme, des loisirs et de la construction. Une des principales menaces est l'urbanisation croissante de la zone côtière.

Signataire de la Convention de Ramsar en 1971, la France a ratifié ce traité en 1986. Elle s’est alors engagée sur la scène internationale à préserver les zones humides de son territoire. En 2008, elle avait désigné 36 sites d’importance internationale. En 2011, 6 nouveaux sites sont venus compléter ce réseau, rejoints en 2014 par un 43ème site.  Aujourd’hui, ce sont quelques 3 554 000 ha qui sont ainsi classés en métropole et en outre-mer.
 
La très grande majorité des sites Ramsar français ont été créés sur des aires déjà protégées en totalité ou en partie par d’autres statuts (Parc naturel régional, réserve de chasse, sites du Conservatoire du littoral, sites Natura 2000, etc.) ou disposant d’une gestion intégrée.
Les actions de conservation et de gestion développées sur ces aires protégées servent à maintenir les caractéristiques écologiques des sites Ramsar.
 

Sites en outre-mer

 
 
 
Dernier site inscrit en 2014: Lacs du Grand Sud néo-calédonien.

 

 

Sur le même thème

  • mer

    Collogue de l'économie bleue : les atouts maritimes des Outremers

    A l’Assemblée nationale, un colloque consacré à l’économie bleue est organisé dans le cadre des Assises de l’économie de la mer. Maina Sage et Teva Rohfritsch ont plaidé pour une plus grande prise en compte des atouts maritimes, notamment en Polynésie française.

  • mer

    Plus de signalisation à la passe de Faratea

    Depuis quelques jours il n'y a plus de signalisation à la passe de Faratea. La balise rouge n'est plus à son emplacement. Un danger pour les pêcheurs de la presqu'île.

  • mer

    Faut-il réformer le permis bateau ?

    L’examen du permis bateau mis en place au fenua est pointé du doigt par certains propriétaires de bateaux écoles. Pour la DPAM, le nécessaire a été réalisé afin que les Polynésiens puissent toujours passer leur permis localement, un permis d’ailleurs reconnu en France. 

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play