Les vahine photographiées à la loupe par l'ISPF

société tahiti
femme
©D.R. ISPF
Dans sa dernière publication, l'Institut de la Statistique de la Polynésie Française passe en revue la population féminine, ses modes de vie, sa formation, sa vie sociale et professionnelle. Les différences sont toujours marquées avec les hommes en 2013.
Ce n'est pas une surprise: l'espérance de vie des femmes est plus longue que celle des hommes. Sur le fenua également. Sur dix ans, elle a progressé de deux ans, mais l'évolution est plus lente sur les deux dernières années. La durée de vie des femmes polynésiennes demeure plus courte que celle des métropolitaines, même si l'écart diminue.
La présence des femmes demeure toujours plus faible dans les archipels les plus éloignés, surtout pour les âges actifs.

surmasculinité

 

Les femmes vivent moins souvent seules, mais elles sont plus nombreuses qu'en 2012 à assumer seules la responsabilité familiale. Elles sont aussi plus présentes dans les familles élargies prenant, là aussi, davantage en charge les enfants.
Les jeunes femmes préfèrent le concubinage: 7 femmes de moins de 40 ans sur dix ne sont pas mariées. Le concubinage gagne du terrain chez les aînées aussi, même si le mariage reste majoritaire chez les plus de 40 ans.

Des écarts de diplômes en faveur des hommes toujours très marqués


A presque tous les âges, les femmes sont plus nombreuses à disposer d'un diplôme qu'en 2012. Toutefois, l'offre de formation peu importante, notamment pour les filières professionnelles et techniques, facilite la progression des jeunes hommes pour l'obtention du baccalauréat et la poursuite d'études.
Les femmes chefs d'entreprises représentent 41% des entreprises individuelles. Santé, action sociale, hôtellerie restauration, industrie agro-alimentaire, services collectifs et personnels, enseignement sont les secteurs où les femmes sont les plus présentes.

Dans le contexte de crise économique, le chômage a fortement augmenté et les femmes sont davantage affectées que les hommes. Chez les moins de 25 ans, les plus touchés par le chômage, 6 jeunes femmes actives sur 10 sont au chômage, soit 5 points de plus que les jeunes hommes dans la même tranche d'âge. Toutefois, le surcroit de chômage par rapport aux hommes a diminué depuis 2007.

Le niveau de fécondité rejoint celui de la métropole


En 2012, la femme polynésienne a en moyenne 2,0 enfants, comme son homologue métropolitaine. L'âge moyen de la mère à la naissance est plus tardif: 27,7 ans. Il était de 26 ans en 1990. Il reste inférieur à celui de la métropole, 30,1 ans en 2012. Toujours élevé par rapport à la métropole (40 pour 1000 contre 7 pour 1000 en métropole), le taux de fécondité des 15-19 ans baisse cependant très progressivement.

Source: ISPF
Les Outre-mer en continu
Accéder au live