Lionel Beffre pas convaincu par la "défusion" de Hitiaa o te ra

politique tahiti
visite Beffre à Hitiaa o te ra
Le haut-commissaire était en visite, hier, mercredi 30 septembre, dans la commune Hitiaa o te ra ©Haut-commissariat
En visite dans la commune, mercredi 30 septembre,  le Haut-commissaire a fait part de sa méfiance quant à la séparation des quatre communes associées de Hitiaa o te ra, souhaitée par le conseil municipal. 
Lionel Beffre est peu convaincu par la perspective d’une "défusion" de Hitiaa o te ra. C'est en tout cas ce qu'il a exprimé comme message lors de sa visite dans la commune, mercredi 30 septembre. L’ensemble des maires délégués de Hitiaa o te ra étaient présents lors de cette visite. 
visite Beffre à Hitiaa o te ra
L'ensemble des maires de Hitiaa o te ra étaient présents lors de la visite du haut-commissaire, mercredi 30 septembre ©Polynésie 1ère

Actuellement, Hitiaa o te ra est constituée de quatre communes associées : Mahaena, Tiarei, Papenoo et Hitia’a. En juillet 2014 et en août dernier, son conseil municipal a exprimé le vœu de voir ces communes associées devenir des communes à part entière. Le processus est long et le Haut-commissaire n’est pas son plus fervent défenseur.

Un courrier pour expliquer la procédure à suivre 


En effet, avec les 300 millions fcp de dettes de la commune et au moment où l'on parle de communauté de communes, Lionel Beffre voit d'un oeil méfiant cette demande de séparation." C'est la procédure qui permettra peut-être d'affiner la proposition, de voir dans quel sens penche la population, et de voir ensuite, une fois que les commissions syndicales se sont réunies, ce que l'on en tire. Ma crainte est que cela fragilise une commune déjà fragilisée par des difficultés financières", a expliqué le Haut-commissaire.

Pour Jacky Drollet, maire de Hitia et initiateur de ce projet, le code général des collectivités territoriales doit être respecté. " Les états d'âmes des uns et des autres appartiennent à ces personnes", explique le tavana. Il poursuit : "nous fonderons notre revendication sur ce qui est prévu par le code général des collectivités territoriales". Selon ce dernier, cette réserve ne sera pas un frein. "Maintenant, le commissaire enquêteur sera nommé et la commission sera créée, et la mesure des avantages et inconvénients de la "défusion"sera posée". 

Au terme de cette procédure, si la commune et le conseil des ministres sont favorables à cette séparation, c'est le Haut-commissaire qui devra trancher. En cas d'avis négatif du pays, ce sera à l'Assemblée et au ministère des Outremer de se prononcer. Lionel Beffre devrait prochainement adresser un courrier aux élus de Hitia’a o te ra, pour leur expliquer la procédure à suivre.