Le marché hors confinement dominical

coronavirus papeete
marché de papeete
Le marché de Papeete, au lever du jour, ouvert pour ce premier jour de confinement dominical. ©Jacques DAMOUR/POLYNESIE LA 1ère
Ce dimanche 15 août est le premier jour de confinement dominical, en Polynésie. Mais les marchés font exception. Ils restent ouverts. Munis d'attestations, les clients peuvent donc y effectuer leurs achats alimentaires. Mais ils étaient peu nombreux ce matin.

Ce dimanche 15 août, premier jour de confinement dominical, les marchés et vendeurs de bord de route peuvent ouvrir. Les clients peuvent y venir faire leurs courses alimentaires, munis de leurs attestations de déplacement. Le marché de Papeete a quelque peu changé son organisation habituelle, "en réduisant les mètres linéaires des commerçants [...] par exemple, certains étaient à 17 mètres linéaires, on les a réduit à 2 voire 4 mètres et nous leur proposons de venir en semaine en journée, pour écouler leur marchandise", précise Vaihere Tehei, directrice du marché de Papeete. Ce dimanche matin, la moitié des commerçants installés à l'extérieur ne sont pas venus, ce qui a permis d'espacer les stands. "Cela évite les attroupements que l'on a l'habitude de voir, explique la directrice. Ce matin, on le voit, il n'y a pas l'affluence habituelle."

Au petit matin, le marché de Papeete a donc vu une partie des habituels vendeurs s'installer. Fruits, légumes, poissons, gâteaux...mais pas de fleurs. Le coin snack est également limité. "L'objectif est qu'ils [les clients ndlr] viennent faire leurs courses et qu'ils rentrent chez eux," résume Vaihere Tehei, la directrice du marché. "Je n'ai pas beaucoup de fruits, raconte Bruno Eugène, vendeur de fruits qui veut rester optimiste. Dans la semaine, on ne peut pas venir, je suis dans le faa'apu. Ce matin, il n'y a pas beaucoup de monde, mais les gens vont venir...c'est obligé, c'est le coeur de Papeete."

Courses sous contrôles

La police était présente pour contrôler les attestations des clients. Sans ce document, la personne encourt une amende de 16 100 Fcp. "Ils ont fait ch... un peu les clients. Les gens ont peur de venir. Il n'y a personne. On se demande pourquoi on est venu. Ça sert presque à rien," se désole Yoan, commerçant. "Ça m'a un peu découragé, mais c'est normal. C'est une maladie vraiment grave, elle augmente de plus en plus...C'est normal que la police soit là," témoigne un client, Audry, muni de son attestation de déplacement. "J'ai mon justificatif de déplacement, montre Josianne, une autre cliente. Parce que j'ai pas envie de payer 16 100 Fcp pour venir faire les courses pour ma famille ! Je me déplace pour tout le monde, pour mes enfants aussi."

Je n'exclus pas d'avoir recours à un confinement renforcé, pas seulement le dimanche, en fonction de l'évolution de la situation.

Dominique Sorain, Haut-commissaire

Le Haut-commissaire, Dominique Sorain, était également présent au marché de Papeete ce dimanche 15 août. "Un protocole particulier a été mis en place par la commune de Papeete et la direction du marché. C'est un protocole sérieux qui évite que les gens ne soient regroupés. On a maintenu le marché car il faut aussi que les gens puissent vivre, acheter à manger, que les producteurs puissent écouler leurs productions. Je constate aujourd'hui que les espaces sont respectés. C'est lors de regroupements que le virus se transmet. Je n'exclus pas d'avoir recours à un confinement renforcé, pas seulement le dimanche, en fonction de l'évolution de la situation, si notre système de soins est engorgé. " Ce dimanche, les services de l'Etat et du Pays doivent faire le point sur la situation à l'hôpital du Taaone, notamment sur le nombre de réanimations en cours.

A Pirae, la partie alimentaire reste également ouverte de 5h à 10h.

Ce confinement dominical prévoit en outre l'interdiction des plages et des rassemblements festifs. Il est toutefois possible de se rendre dans les lieux de culte.