Tournoi de bras de fer : du muscle, de la technique et un mental d'acier

sport papeete
championnat Tahiti bras de fer
©Polynésie la 1ère

37 athlètes, toutes catégories confondues, s'affrontent dans le tournoi de bras de fer. Force, rapidité mais surtout mental font la différence. Organisé par la fédération tahitienne de forces athlétiques, les meilleurs se préparent ainsi pour les championnats de France à Nice le 31 juillet.

 

Du muscle mais surtout un mental d'acier. Il en faut pour participer au tournoi de bras de fer organisé aujourd'hui dans les jardins de Paofai. 37 athlètes s'affrontent actuellement pour déterminer les aito de la discipline. Pour Eriatara Ratia, champion 2019, "les 5 premières secondes sont primordiales" pour gagner, "dès le départ, il faut mettre toute la puissance. Si ça dure, ça devient plus compliqué". Mais ce qui compte plus que la force musculaire, "c'est le mental", ajoute-il.

Tournoi de bras de fer : du muscle et un mental d'acier
©Polynésie la 1ère

 

Le bras de fer, ce n’est pas que du muscle. Entre les pivots, le jeu avec le poids du corps, les épaules et les avant-bras. Tout est donc question de mental mais surtout de technique si on veut l’emporter.

Dylan TARUOURA, dans la catégorie – de 110kg, explique qu'« il faut que tes poignets soient durs. Parce que si au départ ton adversaire il a ton poignet, du enre il arrive à ouvrir ton poignet. Donc déjà là t’es en position négative. Donc t’es un peu perdant, tu pars perdant. » Il poursuit avec la technique du "top roll, c’est lorsque tu pars en fait sur le dessus. Ca c’est ma technique préférée, parce que j’aime partir le plus vite possible, au go. »

Eriatara Ratia en dit plus sur les techniques. Parce ce qu'en France, il y a aussi "les 2 bras, gauche et droite. On se base sur les règlements français. Voilà on essaye d’être polyvalent aussi, au niveau des techniques, gauche et droite. Et y a plusieurs techniques à acquérir et c’est pour ça, qu'il faut bien s’entraîner aussi. »

Remporter un bras de fer à la main gauche alors qu’on est droitier, Eria prouve que c’est possible en se hissant à la 1ère place de sa catégorie des plus de 110 kilos. "On va dire quand tu es droitier tu compenses plus ta force sur ta main droite. Mais cette fois ci, il va falloir compenser aussi la gauche. C’est pas évident mais faut s’en sortir. C’est avec de l’entraînement qu’on s’en sort. »

Les athlètes les mieux préparés seraient, semble-t-il, ceux qui s'entraînent aussi dans les salles de sport, du genre cross-fit.

En tout cas Eriatara Ratia, mais aussi Tauraa Teua et Teuru Tepa ont déjà prévu de participer aux championnats de France à Nice le 31 juillet. Le championnat de Tahiti de bras de fer est organisé par la fédération tahitienne de forces athlétiques.

Tournoi de bras de fer : du muscle et un mental d'acier
©Polynésie la 1ère