Point presse, le déconfinement tranquille

coronavirus tahiti
Point presse, le déconfinement tranquille
©polynesie.la1ere
Au cours du point presse bi-hebdomadaire le ministre de la santé est revenu sur les conditions du déconfinement progressif. Pas de répression mais le bon sens doit prévaloir pour organiser ce déconfinement.
Alors que le retour à la vie normale s'est engagé , le ministre a apporté quelques précisions sur l'organisation du déconfinement.
 

Commerces


Le masque est obligatoire dans les commerces mais il est parfois difficile de faire respecter cette obligation. Il revient aux propriétaires du magasin de refuser l'entrée a ceux qui n'en portent pas. Si quelqu'un refuse de porter le masque il revient au commerçant de lui dire de rester dehors. Le plus simple serait qu'il puisse fournir des masques à ses clients qui n'en ont pas.

 

Transports en communs


Le ministre souhaite que le bon sens et le civisme prédomine.

Dans les transports en communs le minimum que l'on puisse faire est de porter le masque. Pour le reste je ne souhaite pas faire de répression – Jacques Raynal, ministre de la santé

 

Arrivée des fonctionnaires


Au total ce sont 1743 personnes (familles comprises) qui doivent arriver en Juillet pour 1600 qui repartent. Les règles d'entrées sur le territoire sont les mêmes pour tous, ils devront être testés avant leur départ et mis en quatorzaine à leur arrivée. Le pays n'est pas dans la capacité de les héberger pendant leur isolement.

Il me semble que c'est au Haut-Commissaire de s'occuper de ses troupes – Jacques Raynal, ministre de la santé

Le pays ne peut fournir qu'un millier de logement. Il va falloir trouver des solutions avec l’État. Ils viennent travailler pour le Pays qui en a besoin.
 

Étudiants polynésiens


Le problème est le même pour les étudiants polynésiens. Ont-ils réellement la nécessité de rentrer au pays ? Car ils devront faire deux quatorzaines. Une à l'aller et l'autre au retour pour reprendre leur cursus.
 

Polynésiens bloqués à l'étranger


Ils sont français et ils doivent se rapprocher de l'ambassade de France. Il n'y a aucune raison de refuser des gens qui reviendraient si ils respectent les règles : tests et quarantaine . Le problème c'est qu'il n'y a pas d'avion pour les ramener.
 

Réouverture des échanges internationaux


Si aucun nouveau cas n’apparaît la réouverture se fera d'abord par les liaisons intra-archipels, puis inter-archipels dans un second temps d'ici la fin Mai.
Fin Juin on pourra commencer à envisager des transferts internationaux à condition que les autres pays ouvrent aussi et ça ne dépend pas de la Polynésie.
Quoiqu'il arrive des contrôles très fort sur tous les passagers qui arrivent seront maintenus pendant plusieurs mois et tout dépendra de la situation internationale.

Notre première industrie c'est le tourisme – Jacques Raynal, ministre de la santé

Faudra-t-il demander des tests aux touristes ? Dans quelles conditions viendront-ils ? On n'en sait rien encore.