A Tipaerui, le gouvernement s'intéresse à la situation économique des entreprises

entreprises polynésie française
visite entreprise Tipaerui
Le Président Fritch découvre une partie de la production de mana Wood. ©Polynésie la 1ère
Pour évaluer l’évolution du tissu économique en cette période perturbée, le Président Edouard Fritch, et quelques membres de son gouvernement, se sont rendus dans des entreprises de Tipaerui. Emploi, approvisionnement, réalité du terrain, le gouvernement veut établir un état des lieux auprès des chefs d’entreprise qui font face à la crise et aux changements fiscaux.

L’ensemble de l’économie mondiale subit les effets du ralentissement de la croissance et de l’accélération de l’inflation. En outre, les entreprises locales doivent faire face à des changements, comme la récente application de la taxe sociale, ou la revalorisation du smig.

Ce matin, le Président Fritch s'est ainsi rendu à Tipaerui pour se rendre compte sur place de la situation de certaines d'entre elles. 

visite entreprise Tipaerui
Avec le retour des touristes et la fin de la crise sanitaire, l'activité a repris. ©Polynésie la 1ère

C'est le cas de Mana Wood, spécialisée dans le travail du bois. "Uniquement local", précise Charlotte Burger, une cheffe de production, "de l'acajou, de l'eucalyptus, du maru maru, du falcata pour des pièces de menuiserie plus importantes".

Cette entreprise est connue pour ses plaques sculptées à l'aide d'une fraiseuse numérique ou brûlées au laser. Mais aussi des chaises, des tables, de la décoration (plaques), ou des enseignes.

visite entreprise Tipaerui
L'entreprise Mana Wood est spécialisée dans les gravures de plaques en bois local. ©Polynésie la 1ère

Si en apparence tout va bien, "on a quand même senti la crise parce qu'à la base on a commencé avec des produits qui sont axés vers les locaux et les touristes, et avec le covid, il y avait moins de commandes, car moins de touristes", indique Charlotte Burger. Heureusement, "on sent que les gens ont envie de consommer local, de valoriser la matière première locale. Donc on sent que les clients reviennent petit à petit nous voir", poursuit-elle.

Et si cette entreprise commence à retrouver un certain niveau d'activité, comme d'autres elle doit maintenant composer avec les récentes mesures destinées soit à renflouer la CPS, soit à revaloriser les plus bas salaires. De nouvelles charges que le président du Pays aimerait un peu moins pesantes pour ces entreprises car créatrices d'emplois.

Edouard Fritch