Changement climatique : il est urgent d'agir

climat polynésie française
A Tuvalu, la mer monte
Le ministre des Affaires étrangères, les pieds dans l'eau, pour alerter sur la situation catastrophique de son pays à cause du réchauffement climatique. ©Outremer la 1ère
De pire en pire ! Le rapport des experts du climat de l'ONU (GIEC) publié hier est accablant. Il dresse une photographie des impacts du changement climatique sur les sociétés humaines et les écosystèmes. L’un des chapitres s’intéresse spécifiquement aux îles, les territoires d'outre-mer français y sont cités à plusieurs reprises. Les populations des petites îles font en effet partie des habitants de la planète les plus vulnérables face au changement climatique.

La crise climatique n'est pas un problème du futur, mais une réalité observée en particulier dans les îles.

Le rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) souligne l'augmentation des impacts du changement climatique sur les îles tropicales. Submersions marines et inondations majeures se multiplient, comme à Saint-Martin aux Antilles en 2017 avec le cyclone Irma de catégorie 5 +.

Lequel a engendré une crise majeure et durable avec des déplacements de population. Ce type de crise totale se multiplie précise le rapport du GIEC. Les sécheresses sont également de plus en plus sévères, comme c'est le cas dans la Caraïbe ou dans le Pacifique. 

Dégradation des récifs coralliens

Les auteurs du rapport observent également une dégradation accélérée des récifs coralliens et des mangroves, ce qui impacte la pêche, le tourisme et la protection de nos littoraux. 

Si les îles déploient des efforts d'adaptation, il faudrait selon le GIEC promouvoir un développement durable pour limiter les impacts des activités humaines sur les éco-systèmes. 

S'adapter pour mieux protéger les populations et leurs activités économiques et ainsi préserver l'habitabilité des territoires.

Crise climatique rpport GIEC