Cyril Prévot, faiseur de ukulele et d'adeptes de boxe thaï

sport polynésie française
Cyril ukulele et boxe thaï
Fabrication de ukulele ou boxe thaï, tout est affaire d'équipe. ©Polynésie la 1ère
Cyril Prévot est une personnalité rayonnante... Fabricant de ukulele, il charpente aussi les âmes à travers la boxe thai. Il fait tout dans le club : président, entraîneur...il ne compte plus ses heures. La cause du peuple, c'est son cheminement d'homme.

Il n'a jamais été compétiteur mais Cyril Prévot est entraîneur bénévole de boxe thaï. Il ne demande rien si ce n'est que les jeunes qu'il coache progressent. 

S'il enseigne d'une main, avec l'autre il créée des ukulele. "Le ukulele, ça nous fait vivre. C'est de plus en plus dur, mais on arrive à manger en vendant nos ukulele", dit-il. "Et s'il n'y a pas l'esprit d'équipe, on n'avance pas", ajoute-il en faisant référence à sa femme Vaihana Taimana.

cyril ululele et boxe thaï
Cyril prépare les jeunes physiquement mais surtout psychologiquement. ©Polynésie la 1ère

Les ukulele dévoilent toujours l'âme de ceux qui les ont façonnés. Avec son beau-frère Jean-Louis, tout est fait avec la minutie des fiertés artisanes. Entre eux, pas besoin de se parler. Les regards suffisent à la fabrication. "Quand on est soudés, on avance plus vite et on va plus loin", déclare Jean-Louis. Une vérité que Cyril applique à son sport favori : "au moment de la compétition, la force vient de ceux qui sont autour de toi...si on s'entraide, tout le monde va plus loin".

Dans la boxe thaï, ce n'est pas la compétition qui l'intéresse. "C'est le respect et l'effort dans la vie de tous les jours. La compétition est une chose, mais la vie de tous les jours est quelque chose de plus dur", explique Cyril, "il faut qu'ils puissent se défendre dans la vie, pas avec les poings mais psychologiquement...La vie est un combat, plus aujourd'hui qu'hier".

©polynesie