Fakarava : la pêche au harpon, tout un art

vie locale polynésie française
Fakarava, la pêche au harpon
Des années de pratique pour acquérir une telle technique. ©Polynésie la 1ère
A Fakarava, Ariitu, 18 ans, est un jeune pêcheur au harpon qui se démène pour nourrir sa famille. Cela fait 10 ans qu'il peaufine sa technique.

Le soleil se couche sur Fakarava. Ariitu et ses amis se retrouvent à la salle pour une partie de futsal, sport en vogue aux Tuamotu. Aux aurores, le lendemain, Ariitu ira à la pêche. Pendant ce temps-là, sur le quai de Fakarava, il y a du mouvement. Des familles sont là avec leur moulinets. Les ature, komene en paùmotu sont au rendez-vous. Les seaux se remplissent petit à petit, de quoi nourrir la famille pour ce soir.

 

fakarava pêche
La pêche au ature attire du monde. ©Polynésie la 1ère

5h le lendemain, c'est l'heure pour Ariitu d'aller à la pêche. Avec son harpon en main, il longe le récif à la recherche du moindre poisson. Et la pêche au harpon, il en a fait sa spécialité, depuis 10 ans. "Depuis mon enfance je fais ça, quand j'avais 8 ans, jusqu'à maintenant, j'ai 18 ans. J'ai appris avec mes copains, c'est un passe-temps pour nous", dit le jeune homme, tout sourire.

Une pratique qui n'est pas évidente, puisqu'il lui arrive de parcourir 2 km rien que pour 1 seul poisson... Au bout d'une heure de marche, la chance lui sourit enfin. 

Fakarava la pêche au harpon
A l'affût, tout en discrétion pour surprendre le poisson. ©Polynésie la 1ère

Le poisson est là... et pour l'avoir, il faut être le plus discret possible. "Dès que tu vois qu'il est bien placé pour toi, c'est là que tu le harponnes. Il ne faut surtout pas hésiter, sinon il s'en va pour de bon !", explique-t-il.

Fakarava, la pêche au harpon
Beaucoup de technique et de patience pour arriver à ce résultat. ©Polynésie la 1ère

Comme Ariitu, de nombreux jeunes Paùmotu à Fakarava pratiquent la pêche au harpon. De quoi nourrir leurs familles ou de se faire un peu d'argent de poche.