Hitia'a : les gendarmes mettent fin à une soirée "car bass", drogue et alcool

faits divers polynésie française
61bb8d4f87a9d_car-bass.jpg
Illustration ©Polynésie la 1ère
Depuis la fin du confinement, les forces de l’ordre assistent à une amplification du phénomène des « car bass ». Ces rassemblements peuvent mobiliser plusieurs centaines de personnes qui viennent faire la fête autour de véhicules équipés d’amplificateurs sonores. Dimanche dernier, les gendarmes ont dû intervenir.

Dimanche dernier, les forces de l'ordre sont intervenues pour stopper un rassemblement à l'origine de nuisances sonores.

En plus de faire du bruit, les personnes participant à ces fêtes sauvages s’adonnent également à des consommations excessives d’alcool et à la prise de produits stupéfiants. Les comportements des participants nuisent à la tranquillité des riverains et posent un véritable problème d’ordre public lorsqu’elles se produisent sur la chaussée.

200 personnes contrôlées

La présence de centaines de personnes mal signalées et sous l’emprise d’alcool et de stupéfiants en bordure de route pourrait avoir des conséquences catastrophiques en cas d’accident. À cet effet, et afin de contrer ce phénomène, les gendarmes ont procédé dimanche dernier de 02h00 à 05h00 au trou du souffleur, à Hitiaa O Tera, au contrôle de 200 personnes et de 50 véhicules « car bass », rassemblés dangereusement en bordure de route.

37 infractions

Par ailleurs ces fêtes se sont déroulées en violation de la réglementation sanitaire. Les gendarmes ont ainsi relevé 37 infractions dont 14 conduites sous l’empire d’un état alcoolique, 2 conduites après usage de stupéfiants, 10 défauts de permis de conduire et 11 défauts d’assurance. 18 immobilisations de véhicules ont été réalisées et 3 infractions relevées pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur.

Lourde amende

La gendarmerie rappelle que les agressions sonores en vue de troubler la tranquillité d'autrui peuvent être punies d'un an d'emprisonnement et de 1 790 000 cfp d'amende, en plus de la saisie de l'ensemble du matériel ayant servi à commettre le délit et du véhicule.

En outre, la consommation d’alcool et de produits stupéfiants est à l’origine de plus de 75 % des accidents corporels et mortels constatés par la gendarmerie sur le fenua.

Face à la recrudescence des faits constatés ces derniers temps, le haut-commissaire de la République a demandé aux forces de l’ordre d’intensifier leurs contrôles.