L'Etat et le Pays injectent 14,6 milliards cfp dans l'économie

finances polynésie française
61b94f6e8e911_2021-12-14-signature-convention-investissements-6.jpg
Signature de la convention entre l'Etat et le Pays pour les investissements à venir. ©Haut-commissariat
Pour favoriser la relance économique, l’État et le Pays financent 14,6 milliards d’investissements dans des secteurs productifs.

Ce mardi 14 décembre, le haut-commissaire de la République, Dominique SORAIN, et le pésident de la Polynésie française, Edouard FRITCH, ont coprésidé les instances de pilotage relatives à quatre dispositifs de soutien financier de l’État au Pays :

 le contrat de développement et de transformation 2021-2023 ;
 le troisième instrument financier ;
 la convention éducation prévoyant un soutien à la modernisation des constructions scolaires publiques du second degré ;
 la convention de soutien au développement de l’agriculture.

52 projets

Après un examen détaillé de chaque projet, les comités de pilotage ont validé, pour 2022, la programmation de 52 projets pour un montant global de 14,6 milliards cfp.
Portés par ce partenariat État / Pays, ces investissements structurants proposés par le Pays doivent être validés rapidement afin de permettre à ses services de lancer les projets dès que possible. Ces investissements publics sont nécessaires pour favoriser la relance et dynamiser le tissu économique de la Polynésie française.

Au global, ce partenariat fera que l’État soutiendra l’ensemble des projets retenus à hauteur de 9,201 milliards cfp, soit 63% du montant total, et le Pays apportera un financement à hauteur de 5,4 milliards cfp.

Les projets retenus s’inscrivent dans les politiques sectorielles prioritaires du gouvernement, notamment sur les thématiques suivantes :

 le développement d’une agriculture à forte valeur ajoutée économique, sanitaire et environnementale ;
 la réponse à l’urgence en matière de logements ;
 la transition énergétique ;
 l’encouragement des pratiques sportives et l’amélioration de la prise en charge sanitaire des Polynésiens par la modernisation des infrastructures de santé ;
 la poursuite des objectifs stratégiques en matière de tourisme ;
 l’investissement dans la jeunesse via la mise à niveau des structures scolaires ;
 le maintien et le renforcement des infrastructures routières, aéronautiques, maritimes, et de défense contre les eaux, notamment dans les archipels éloignés ;

Parmi les 52 projets retenus, peuvent être soulignés :
la construction d'un pôle sportif de combat au complexe sportif de la Punaruu pour un montant total de 600 millions cfp, dont le financement de l’État s’élève à 300 millions cfp (CDT) ;

61b94efcc8631_centre-sportif-punaruu.jpg
Le futur centre sportif de Punaruu. ©Haut-commissariat

l’acquisition de matériels et mobiliers médicaux pour un montant total de 896 millions cfp avec une participation de l’État de 448 millions cfp (CDT) ;
l’aménagement des installations portuaires de Taiarapu-Ouest pour un montant total de 370 millions cfp avec une participation de l’État de 259 millions cfp (3IF) ;
la sécurisation des talus du col de Toovii Tranche 2 à Nuku Hiva pour un montant total de 330 millions cfp, dont le financement de l’État s’élève à 231 millions cfp (3IF) ;
la construction d’une passerelle piétonne sur le front de mer de Papeete pour un montant total de 400 millions cfp avec une participation de l’État de 280 millions cfp (3IF) ;

61b94e49b0637_passerelle-ppt.jpg
Illustration de la future passerelle du front de mer de Papeete. Le projet a été évoqué il y a déjà quelques années. ©Haut-commissariat

la mise aux normes incendie, la mise en conformité électrique, l’amélioration du cadre de vie et de l’hygiène des collèges et lycées de Tahiti, Moorea, Huahine, Tahaa, Raiatea et Hao pour un montant total de 274 millions cfp avec une participation de l’État de 197 millions cfp (DGI) ;
le recensement général de l’agriculture 2022 / 2023 (Phase 2) pour évaluer l’évolution de la structure des exploitations polynésiennes et appréhender les différents systèmes alimentaires territorialisés polynésiens, pour un montant total de 53 millions cfp avec une participation de l’État de 47,7 millions cfp (Convention agriculture).