publicité

La leptospirose entraîne la mort d'un homme de 70 ans

Attention à la saison des pluies et aux eaux sales qu’elle draine. La leptospirose a fait un mort, un homme de 70 ans. Ce n’est pas le seul mal dont il souffrait mais la leptospirose lui aura été fatale.
 

  • Polynésie la 1ère, avec communiqué
  • Publié le , mis à jour le
Neuf cas de leptospirose ont été déclarés durant les deux dernières semaines de l'année 2018, annonce la direction de la santé dans son dernier bulletin de veille sanitaire.

Sept de ces cas ont pu être investigués : les facteurs de risque identifiés sont le jardinage / fa’a’apu, l’élevage, la marche pieds nus, la baignade en rivière et le contact avec eaux troubles.

L'un des malades, un homme de 70 ans, est décédé. Il présentait une leptospirose et plusieurs comorbidités associées.

La direction de la santé rappelle que les pluies actuelles et leurs conséquences sur la salubrité des habitats (inondations, boue, détritus, coupure d’eau…) sont favorables à la transmission d’agents infectieux pouvant être responsables de la dengue, de la
leptospirose, de gastro-entérites. Ces risques persistent même après l’amélioration des conditions climatiques.
 

Sur le même thème

  • santé

    Prévention de la dengue à l'aéroport de Wallis

    A Wallis, le dispositif de surveillance de l'aéroport a été réactivé suite à l'alerte lancée en Nouvelle-Calédonie concernant une nouvelle épidémie de dengue. Des centaines de passagers sont scrutés à leur arrivée par une caméra thermique.

  • santé

    Hereata Toti, Tahitienne et RRH au grand coeur 

    La maladie elle connaît, dit-elle. En effet peu après sa naissance, Hereata Toti fait un AVC qui lui laissera des séquelles. Aujourd'hui elle aide de son coeur ses compatriotes polynésiens atteints de maladies graves. "Tranches de vie" lui dédie un portrait vidéo. 
    05 Janvier
  • santé

    Don d'organes : "On voudrait que les donneurs le fassent de bon coeur"

    En Polynésie comme en Métropole, le prélèvement don d'organes pourra être effectué sauf si la personne a fait connaître son refus de son vivant. Philippe Huri, vice-président de l’association "un don de vie", salue cette décision même s'il voudrait que les donneurs le fassent de bon coeur. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play