Les vaccinés et les non vaccinés en famille

coronavirus polynésie française
61a42ff7d7fa1_jt-avis-anti-vaccin-mix-frame-820.jpg
Les vaccinés et les non vaccinés en famille ©Polynésie La 1ère
Dans les familles polynésiennes, le sujet de la vaccination peut parfois nourrir de longues discussions mais en règle générale, on s'accommode du choix des uns et des autres. Vaccinés et non vaccinés vivent parfois sous le même toit. L'église protestante, elle, encourage toujours ses fidèles à prier et à se protéger du covid, avec du raau Tahiti.

Il y a le noyau dur, les opposants inconditionnels à l’obligation vaccinale. Ils ont choisi de camper devant l’assemblée jour et nuit pour que la loi ne soit pas votée. "Qu'on supprime tout, qu'on nous donne la liberté de choisir ce qu'on doit faire dans notre vie", estime Yamila Ah Lo, secrétaire générale de la Confédération des syndicats indépendants. 

Il y aussi les familles qui mélangent les personnes vaccinées et non vaccinées. Dans cette maison, on prend le petit-déjeuner du dimanche sans tension. À table, entre parents et enfants, deux sont vaccinés sur cinq. "Madame, ma fille et mon autre fille sont vaccinées, et nous trois on a pas été vaccinés (...) On boit souvent du raa’u Tahiti", explique Mahinui, non vacciné. 

Sa fille, Salome, a eu un cancer, elle a choisi le vaccin mais n’en veut pas à son père de ne pas être vacciné. "Je voulais être vaccinée pour protéger ma famille mais si mon papa ne veut pas c'est son choix", explique Salomé. 

On n'est pas opposé à la vaccination mais on ne veut pas qu'on nous oblige à la vaccination

Linda, non vaccinée

La vaccination n’est pas un sujet tabou : chacun respectant le choix des autres. "Chacun a son choix", estime Luc. "On n'est pas opposé à la vaccination mais on ne veut pas qu'on nous oblige à la vaccination", précise de son côté Linda. Seule leur maman est vaccinée, Thérèse, mais elle n'essaie pas de convaincre ses enfants, raconte-t-elle. 

Même chose dans les paroisses familiales où vaccinés et non vaccinés cohabitent et se côtoient régulièrement. Plus de non vaccinés dans les temples, l’église n’a jamais appelé à la vaccination, mais plutôt au raa’u Tahiti. Le discours ne change pas. "On ne croit pas seulement au vaccin, on croit aussi en Dieu, c'est plus important pour nous. C'est Dieu qui est important d'abord", confie le pasteur Jean Teururai.

La prière pour combattre le covid, toujours pas prescrite par la médecine. 70% de la population est vaccinée aujourd'hui en Polynésie.

©polynesie