publicité

Macron veut renforcer les liens entre la France et la Nouvelle-Zélande

Le président français a rencontré, lundi 16 avril, à Paris, la Première ministre néo-zélandaise. Emmanuel Macron s'est déclaré favorable à la signature d'un accord commercial entre l'UE et Wellington, à condition qu'il soit « cohérent » avec les principes sociaux et environnementaux européens.

Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise
Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise
  • Polynésie la 1ère, avec AFP et Outremer la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
À la tête de la Nouvelle-Zélande depuis six mois, la travailliste Jacinda Ardern effectue son premier voyage officiel en Europe. Ce lundi 16 avril 2018, la Première ministre kiwi s’est entretenue avec le président français, à Paris. À l’issue de cet entretien, Emmanuel Macron a plaidé pour que les négociations ouvertes par Bruxelles pour un accord commercial avec Wellington et Canberra puissent déboucher. Mais il faut prendre en compte les opinions publiques, qui « ne comprennent et n'acceptent plus que nous puissions négocier des accords commerciaux qui puissent être incohérents avec les politiques que nous menons », a précisé le chef de l’État.

Emmanuel Macron a également fait part de son ambition d'« accroître et diversifier » la coopération entre la France et la Nouvelle-Zélande, notamment dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et la sécurité dans le Pacifique.

Emmanuel Macron s'adresse à Jacinda Ardern


De son côté, la chef du gouvernement néo-zélandais a également souligné que la coopération entre son pays et la France passait par une meilleure intégration des territoires français du Pacifique dans la région.

La réponse de Jacinda Ardern


La Première ministre néo-zélandaise doit aussi se rendre en Allemagne et au Royaume-Uni.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play