publicité

"Papa où t’es" milite pour le droit des pères séparés

Les chiffres nationaux sont impressionnants : après une séparation, 73% des enfants sont confiés à leur mère. En Polynésie française, l’association "Papa où t’es ?" milite pour que la garde alternée devienne la norme en cas de divorce.

© Polynésie la 1ère
© Polynésie la 1ère
  • Elodie Largenton - polynesie.la1ere.fr
  • Publié le , mis à jour le
Mercredi 16 mai 2018, quelques membres de l’association "Papa où t’es ?" ont distribué des tracts devant le tribunal de Papeete pour sensibiliser les gens à leur combat. Raphaël Wittenberg, qui a fondé l’association il y a huit mois, dit vouloir simplement que « l’enfant passe autant de temps avec son père qu’avec sa mère, dans son intérêt ».

"On divorce de son conjoint, pas de son enfant"



Environ 170 personnes sont membres de l’association, des pères, mais aussi de nombreuses femmes, dont Ariitaimai Peckett, une jeune étudiante qui n’est a priori pas concernée par le sujet. Elle nous explique pourquoi elle milite pour la résidence alternée.

"Je suis sensible à l'injustice que les pères subissent"


En France, l'association SOS Papa a été accusée d’être masculiniste, de militer contre le droit des femmes. Le mode de fonctionnement de l’association polynésienne est différent, assure Ariitaimai Peckett. Dans son tract, "Papa où t’es" précise d’ailleurs ériger « la parité et l’égalité entre les femmes et les hommes comme principes fondateurs » de leur action. L’association précise rejoindre en cela « le féminisme bien fondé ».

Papa où t’es milite pour le droit des pères
Raphaël Wittenberg, président de l’association Papa où t’es ?

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play