Perruques gratuites : pour rester femme malgré la chimiothérapie

cancer polynésie française
61cd31e52c975_jt-cancer-femmes-perruques-en-charge-cps-pad-frame-36.jpg
Les perruques sont directement prises en charge par la CPS pour les femmes atteintes d'un cancer. ©Polynésie la 1ère
Les femmes atteintes d'un cancer et soignées par chimiothérapie pourront bénéficier d'une "prothèse capillaire" gratuite. Un décret leur permet désormais de se procurer une perruque, à hauteur de 38 500 cfp. Une aide qui concerne également les enfants. Une véritable victoire pour la Ligue contre le cancer.

Elle rassure et redonne confiance en soi. La prothèse capillaire accompagne la femme atteinte d'un cancer durant tout son traitement de chimiothérapie.

En 2017, Tehena est passée par cette épreuve difficile de la vie. N’ayant pas les moyens d’avancer les frais, c’est grâce à son patron et son oncle qu’elle a pu avoir sa prothèse capillaire. "A mon époque, je n'avais pas cette chance-là parce que l'aide était à 20 000 cfp, il fallait que tu avances l'argent. Aujourd'hui, il y a cette aide-là, je pousse les femmes à y aller. A la base, je suis coquette, alors pour moi c'était important d'avoir une perruque", avoue la jeune femme.

61cd32c9eba54_jt-cancer-femmes-perruques-en-charge-cps-pad-frame-1188.jpg
A cause de la chimiothérapie, les femmes perdent leurs cheveux. ©Polynésie la 1ère

Se faire couper les cheveux à ras est le moment le plus redouté par la "patientèle", c’est ainsi que Cloé les appelle. Dans son salon de coiffure une salle spéciale, à l’abri des regards, leur est dédiée.

Selon la longueur et la couleur, il y en a pour tous les goûts, et chaque prothèse a un nom. "Celle qui est la plus renommée s'appelle Heidi, elle a plu dès le départ. Et Daniella est en train de prendre le dessus, elle plaît beaucoup, par sa matière, sa coupe, sa différence et puis par sa légèreté. Les cheveux c'est quand même l'ornement de la femme, sa principale tenue", explique Cloé Gautier, coiffeuse et gérante du salon Infini'tif coiffure.

61cd3327b2379_jt-cancer-femmes-perruques-en-charge-cps-pad-frame-1232.jpg
Dans ce salon de coiffure, un espace est dédié aux femmes qui recherchent des perruques. ©Polynésie la 1ère

Depuis le mois d’octobre, l’aide de la CPS pour l’achat d’une prothèse capillaire a presque doublé. "C'est une prise en charge directe, c'est-à-dire qu'elle ne débourse plus. C'est directement la CPS en convention avec le coiffeur...la prothèse capillaire est vraiment l'élément qui lui rendra sa féminité et sa confiance en elle", précise Natacha Helme, présidente du comité de la Ligue contre le cancer en Polynésie.

Une prothèse capillaire synthétique coûte entre 19 000 et 38 000 cfp dans un salon de coiffure agréé. En Polynésie, le cancer du sein est le plus fréquent chez les femmes, avec plus 150 nouveaux cas par an.