Portrait : Jean-Pierre Sartore, du lycée protestant Samuel Raapoto au lycée agricole de Taravao

éducation polynésie française
Jean-Pierre Sartore
Jean-Pierre Sartore, nouveau principal du lycée agricole protestant de Taravao. ©Mirko Vanfau/Polynésie la 1ère
Il arrive du lycée Samuel Raapoto, à Arue, avec plus de 900 élèves...A cette rentrée, Jean-Pierre Sartore prend ses nouvelles fonctions cette fois à la direction du lycée agricole de Taravao, toujours dans l'enseignement protestant. Beaucoup plus petit, mais les défis ne manquent pas. Rencontre à la veille de la rentrée scolaire.

Jean-Pierre Sartore fait partie de ceux qui aiment les challenges. Après 15 ans à la direction du lycée protestant Samuel Raapoto de Arue, dont 12 ans en tant que chef d’établissement, c’est tout naturellement qu’il s’est proposé pour rejoindre l’équipe du lycée agricole protestant John Doom de Taravao. Et cela commence par des soucis de logistique à régler : "J'ai dû d'abord procéder à des travaux de maintenance de l'établissement pour les lumières, les peintures...Et essayer de mettre en place un cadre de vie agréable pour les élèves. On a fait appel à la solidarité des autres établissements pour pouvoir récupérer des bancs pour rendre plus agréable cet établissement. Le confort va surtout porter sur la mise en place du numérique, partout, dans l'établissement."

 

L’établissement a ouvert il y a 4 ans et affiche un taux de réussite entre 85% et 100%, selon les filières. 

L'arrivée d’un nouveau directeur, c’est aussi d’autres projets à mettre en place avec les 13 enseignants. "Un projet d'établissement, c'est important parce que ça donne le cap sur les 4 années à venir. Ce qui est important, c'est de voir si ces projets sont mesurables et évaluables parce que l'idée, c'est pas de faire des centaines de projets si on ne peut pas les mettre en place," détaille Jean-Pierre Sartore, à l'issue de sa rencontre avec les enseignants du lycée.

"C'est toujours bien d'avoir un petit renouveau dans l'équipe, sourit Teanuanua Teriipaia, professeur d'aquaculture, au sortir de la réunion de pré-rentrée avec tous les autres enseignants. C'est surtout une personne qui a de l'expérience avec un grand lycée, Samuel Raapoto : 900 élèves ! Nous, on est 70-80 élèves."

Une nouvelle classe de 4e et bientôt un internat

Jean-Pierre Sartore hérite d’un établissement encore en chantier. La dernière tranche dédiée à l’internat des garçons est en cours avec le pôle bac pro production aquacole…avec en bonus, une nouvelle classe de 4e de l’enseignement agricole. "L'idée, c'est d'essayer de recruter des élèves qui sont un peu en difficulté scolaire et essayer de leur donner le goût de l'école avec des enseignements pratiques interdisciplinaires. Travailler avec eux deux ans, 4e-3e, et travailler leur orientation professionnelle."

De nouvelles classes qui vont s’intégrer à un système déjà bien rodé. "Nous, dans la filière BIT (Bio-Industries de Transformation), on a 100% de réussite en première année, s'enorgueillit Frédéric Gardes, Professeur de génie alimentaire. Et il faut rappeler quand même que tous nos élèves travaillent. Tous. On a des offres d'emploi ou des élèves qui montent leur entreprise." 

Jean-Pierre Sartore a participé à l’idée d’ouvrir ce lycée, il y a 8 ans. Il y entre aujourd’hui avec l’objectif de former avec l’ensemble de son équipe, les ingénieurs agricoles et aquacoles de demain.

Les inscriptions au lycée agricole de Taravao sont encore possibles durant les deux prochaines semaines.