publicité

Procès Radio Tefana : pas de peine d'inéligibilité requise contre Oscar Temaru

Ce vendredi 21 juin, le procès de Radio Tefana a repris avec les réquisitions du procureur de la République. Le magistrat a requis à l'encontre d'Oscar Temaru une amende de 5 millions de Fcfp au vu du montant des subventions allouées. Aucune peine d'inéligibilité a été requise.

© Polynésie la 1ère /Shiquita Darrouzes
© Polynésie la 1ère /Shiquita Darrouzes
  • Polynésie la 1ère (MLSF), MT, Titaua Doom, Shiquita Darrouzes
  • Publié le , mis à jour le
"Oscar Temaru est un homme moralement et intellectuellement honnête, ce n'est pas un corrompu".  Le procureur de la République, Hervé Leroy a requis à l'encontre d'Oscar Temaru, poursuivi pour prise illégale d'intérêts, une amende de 5 millions de Fcfp au vu du montant des subventions allouées à Radio Tefana. Aucune peine d'inéligibilité a été requise. Un million d'amende a été requis à l'encontre de Vito Maamaatuaiahutapu, qui est poursuivi pour recel. 400 000 Fcfp d'amende assorti d'un sursis simple à l'encontre de Heinui Le Caill, qui est également poursuivi pour recel. Enfin, contre Radio Tefana, 10 millions d'amende et 10 millions en sursis ont été requis.

"Ce n'est pas le procès politique d'Oscar Temaru, c’est un procès judiciaire". C'est avec ces mots que le procureur de la République a ouvert ses réquisitions, ce vendredi 21 juin, qui aura duré près de deux heures lors de la quatrième journée du procès Radio Tefana, qui se tient au tribunal correctionnel de Papeete. Durant son réquisitoire, le magistrat, qui a axé ses réquisitions sur "l'imprudence de fonction" dans ce dossier, est revenu sur l’historique de l’affaire. Il a ainsi insisté sur le fait que ce n'était pas les subventions attribuées à l’association mais bien la prise illégale d’intérêt qui était mis en cause.

Le procureur a tenu à revenir sur la définition même de la prise illégale d’intérêt dont sont accusés le leader du Tavini, Oscar Temaru, Vito Maamaatuaiahutapu et Heinui Le Caill. Hervé Leroy a fait référence à la jurisprudence en matière de prise illégale d’intérêt selon laquelle : "L’intérêt peut être, minime, insignifiant, cela peut même être un intérêt d’affection". Après l’audition des témoins, jeudi 20 juin, et les plaidoiries de la partie civile, la mairie de Faa'a représentée par Stanley Cross, cette quatrième journée de procès est donc consacrée aux réquisitions du procureur de la République et aux plaidoiries des avocats de la Défense.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play