Séduire davantage de visiteurs au salon de la plongée à Paris

salon polynésie française
salon plongée paris
Le salon de la plongée se déroule au 11 mars au 14 mars à Paris. ©Outremer la 1ère
Quelques jours après le succès du salon international de l'agriculture, "Tahiti et ses Iles" se fait à nouveau remarquer à la porte de Versailles. Cette fois avec le salon de la plongée. Un vecteur économique très important pour Tahiti tourisme, qui met le paquet, à la fois pour reconquérir des clients mais aussi pour séduire.

C'est l'un des stands les plus en vue, les plus spacieux, et les mieux éclairés avec ses fonds bleus. Tahiti Tourisme ne pouvait pas manquer ce rendez-vous avec les plongeurs de France et du monde entier, déjà pour une raison d'anniversaire symbolique. "2022, c'est les 20 ans de l'aire marine protégée et de la protection des mammifères marins en Polynésie française", précise Gina Bunton, directrice des opérations internationales Tahiti Tourisme.

salon plongée Paris
Venir en Polynésie sans faire au moins une plongée serait vraiment dommage. ©Outremer la 1ère

Bas les masques, c'était aussi le mot d'ordre, retrouver des sourires et avoir plaisir à mettre un vrai masque pour rêver de nouveau. A ce propos, Humu Kaimoku, directeur du centre de plongée Hiva Oa, sait comment vendre la destination Polynésie. "Avec les ressources que nous avons, les sanctuaires partout, que ce soit à Tahiti, aux Marquises, aux Tuamotu...où les locaux et les résidents plongeurs peuvent montrer et tout ça, avec la chaleur humaine", explique-t-il.

salon plongée Paris
Une faune sous-marine toujours étonnante. ©Outremer la 1ère

Tahiti va multiplier sa présence en métropole cette année avec la course de Vendée Va'a en mai, et en point d'orgue le Grand Pavois à la Rochelle en septembre. Mais ce salon à Paris permet de renouer avec une clientèle française très prisée. "Le marché français est très important pour nous pour la plongée. Ce sont des visiteurs qui viennent pour des durées de séjour assez longues, 3 semaines pour plonger dans plusieurs îles, une vingtaine de plongées. Economiquement parlant, ce sont de beaux dossiers pour nos partenaires", détaille Gina Bunton.

©polynesie