Tahiti-Moorea : la traversée plus cher, des passagers et le Pays s'interrogent

transports maritimes polynésie française
traversée chenal ferries
Traverser le chenal coûte plus cher depuis le 1er avril. ©Polynésie la 1ère
L'augmentation des tarifs des navettes maritimes entre Tahiti et Moorea fait grincer des dents. Depuis le 1er avril, les prix des billets des trajets Papeete - Moorea ont été revus à la hausse. Les armateurs avancent une augmentation du prix du gazole alors que selon le gouvernement ils bénéficient de tarifs préférentiels.

Une revalorisation pour compenser la hausse du prix du carburant. Il passe, pour les armateurs, de 65 cfp  à 75 cfp le litre. Les week-ends à Moorea ont donc un goût un peu amer pour les passagers. 

Il faut ainsi compter 80 cfp supplémentaires pour un aller simple adulte à bord du Terevau, et du Terevau 2, et 300 cfp pour embarquer à bord de l'Aremiti à la gare maritime. Certains consommateurs sont mécontents. "Pour moi c'est beaucoup 150 cfp", dit une passagère. D'autres sont plus compréhensifs, ou relativisent grâce à leur carte de réduction, ou par rapport à l'augmentation générale du coût de la vie. Mais quelques uns s'interrogent sur la fluctuation des prix des carburants qui pourrait déterminer les tarifs de la traversée du chenal. 

passagers Tahiti-Moorea

Même son de cloche pour le gouvernement qui s'est récemment dédouané. Il a fait ainsi savoir qu'aucune répercussion à la baisse n'a été constatée sur le prix des billets alors que le prix du gazole payé par les armateurs depuis 2020 n'a cessé de fléchir jusqu'à atteindre 65 cfp/litre grâce au FRPH.

De leur côté, les compagnies maritimes accusent aujourd'hui une hausse de 10 cfp/l, un coût financier qu'elles ne peuvent pas supporter seules. "Ca représente une marge d'augmentation de 3 à 4 % en gros par rapport à l'augmentation du gazole, avec ce que l'on consomme mensuellement ou annuellement", explique Tino Fa Shin Chong, capitaine armateur du Terevau. 

Une revalorisation du prix des trajets pourrait encore intervenir pour intégrer cette fois la taxe sociale.