Taiarapu-Ouest : nouvelles règles sur les zones de mouillage

transports polynésie française
Bientôt des nouvelles règles de mouillage ? ©Polynésie la 1ère
Comment partager le lagon dans les îles polynésiennes où les activités nautiques sont intenses ? Alors que le PGEM de Moorea fait actuellement l’objet d’un recours en justice, la commune de Taiarapu-Ouest, sur la presqu’île de Tahiti, projette de revoir ses zones de mouillages, pour à la fois réglementer la présence des voiliers et des prestataires nautiques.

C’est un projet encore embryonnaire. La commune de Taiarapu-Ouest, sur la presqu’île de Tahiti, consulte actuellement ses administrés pour revoir les zones de mouillage sur le lagon. Une dizaine de voiliers en moyenne stationnent sur le plan d’eau selon les périodes, sans compter les prestataires nautiques, nombreux le week-end. Thierry Tamata, conseiller municipal à Taiarapu-Ouest, a déjà relevé « de la consommation d’alcool et des bagarres », « des travaux de rénovation effectués en plein sur le lagon », « une épave longue à dégager à Toahotu » ou encore « un plaisancier porteur d’une arme à feu ».

Pour la commune, c’en est trop. Elle a donc décidé de réglementer son lagon « convoité » afin « d’éviter tout débordement ».  

Le projet de réglementation prévoit de supprimer totalement les mouillages de Teahupoo, de passer de une à trois zones de mouillage à Toahotu et de maintenir deux zones de mouillage à Vairao, avec, dans chaque zone, 3 à 5 corps-morts pour l’amarrage des navires. Un temps de mouillage limité à 3 jours et le paiement d’une taxe. Pour le président de l’association des voiliers en Polynésie, Arnaud Jordan, il s’agit avant tout de partager l’espace public :

On espère que ce ne soit pas interdit partout, qu’il y aura des endroits où les voiliers pourront mouiller. A Taiarapu-Ouest, il n’y a pas beaucoup de voiliers. C’est vrai qu’il faut regarder les JO aussi…et on va essayer de collaborer avec les édiles de la commune. Il ne faut pas que ce soit toujours les gens qui habitent sur le littoral qui décident pour le lagon. Le lagon est à tout le monde, il faut le partager, c’est un espace public.

Arnaud Jordan, président de l'association des voiliers en Polynésie

Loin de faire l’unanimité, ce projet de réglementation doit encore être discuté avec les administrés, puis validé par les autorités maritimes. Il pourrait entrer en application sur le lagon de Taiarapu-Ouest en septembre prochain.