Tamari'i Tahina no Uturoa sur les traces du reo Tahiti

danse raiatea
Tahina no Uturoa
©Polynésie la 1ère
Les 80 danseurs et musiciens du groupe Tamari'i Tahina no Uturoa font leur spectacle sur le thème : « Ma langue reçue en héritage et sa transmission ». Mercredi 7 juillet, les membres de la troupe étaient en pleine préparation de leurs costumes et de leurs instruments de musique.

Les tamari'i Tahina No Uturoa seront sur scène le 8 juillet. Ils viennent à To'ata pour relater l’histoire du reo Tahiti, interdite dans les écoles de Polynésie dans les années 40-50. Le show sera donc basé sur l'importance de s'intéresser à sa langue maternelle.

Au travers de son spectacle, Tahina appelle la jeune génération à se réapproprier sa langue.

Tahina no Uturoa
©Polynésie la 1ère

Julio Paraue, chorégraphe des garçons de Tamari’i Tahina no Uturoa regrette que la langue tahitienne soit de moins en moins pratiquée :

Les jeunes d’aujourd’hui ne parlent plus leur langue 

Julio Paraue


Il est clair que l’identité polynésienne existe avec la langue. La langue fait vivre la culture, d'où l'importance de prononcer correctement les mots. C’est la raison pour laquelle Noëline Ihorai – à la fois coordinatrice et trésorière du groupe, et auteure du thème du spectacle – tient à ce que les danseurs et musiciens saisissent le sens et la diction de chaque mot.

Pour eux, la danse passe donc aussi par l'apprentissage du tahitien. Ainsi, ils s’imprègnent de leur langue et la transmettent à leur tour.

Interview Noëline Ihorai


Pour illustrer le thème, la troupe va remonter le temps en deux tableaux. Le premier pour évoquer la période passée, avec des tenues végétales et blanches, et le deuxième pour montrer l'évolution de la pratique du reo aujourd'hui, en grands costumes de « more ».