Portrait croisé d’Isabelle Sachet et de Nicole Bouteau

assemblée de polynésie française tahiti
Isabelle Sachet et Nicole Bouteau
Isabelle Sachet et Nicole Bouteau ©Polynésie.1
L’une est un nouveau visage du gouvernement, Isabelle Sachet, l’autre, c’est Nicole Bouteau, reconduite dans ses fonctions.

Isabelle Sachet qui hérite du portefeuille de la Famille et des Solidarités, en charge de l’Egalité des chances


Isabelle Crolas, épouse Sachet, effectue un premier mandat de représentante à l'Assemblée en 2013
Elle avait été élue suite aux territoriales de mai de la même année sur la liste Tahoera'a, dans la 3e section des îles du Vent.

Elle démissionne du groupe Taho’era’a Huira’atira en 2015 pour rejoindre dans la foulée, le Tapura Huira’atira.

Elle est Directrice d’école et elle a écrit une thèse : La mort dans l’Arabie Antique : Pratiques funéraires nabatéennes comparées dans le cadre de son doctorat en Archéologie.
Cette thèse présente une étude comparée des pratiques funéraires des Nabatéens et de leurs voisins du Nord de l’Arabie antique, juifs, Palmyréniens et tribus nomades évoluant aux marges du désert.

Nicole Bouteau, ministre du Tourisme et du Travail, en charge des Relations avec les institutions


C'est la première polynésienne à avoir fondé un parti politique.
Elle détient une maîtrise du droit des affaires (Université du Pacifique Sud). Repérée par Gaston Flosse en 1995, elle participe à la création de « Jeunes Orange » (l'orange est la couleur du parti de Flosse). Elle devient ministre du tourisme, pour la première fois, à 32 ans, en mars 2001. Mais elle sera la première personnalité politique de sa génération à s'opposer à Gaston Flosse, dès 2002, et fonde l'année suivante son propre parti politique No Oe E Te Nunaa, proche du Fetia Api de Boris Leontieff, puis de Philip Schyle.

Signant un protocole d'accord, en 2004 pendant 3 mois, avec l'Union pour la démocratie (UPLD), elle contribue à la victoire d'Oscar Temaru. Refusant la bipolarisation, elle a cherché une troisième voie et soutient. Rapidement soutenue de la métropole par l'Union pour la démocratie française (UDF) puis par le Mouvement démocrate, elle devient en 2013 co-fondatrice d’A Tia Porinetia, puis en 2016 du Tapura Huiraatira.

Elle s'illustre comme Adjointe au Maire de la commune de Papeete en charge du tourisme de 2008 à 2014, puis comme présidente de la Commission Tourisme de l'Assemblée de la Polynésie française de 2013 à 2017, avant d'être rappelée à occuper les fonctions de Ministre du Tourisme en janvier 2017.

portrait croisé Sachet / Bouteau