polynésie
info locale

Prison ferme et interdiction d'exercer requis contre Bruno Marty

justice Tahiti
Bruno Marty
©Polynésie 1ère
Suspecté de détournement de fonds, Bruno Marty avait été relaxé en première instance. Lors du procès en appel, jeudi 12 janvier, le parquet a requis 1 an de prison ferme, une interdiction d’exercer dans la fonction publique pendant 5 ans et une privation de ses droits civiques pendant 5 ans.
Le 14 janvier 2016, Bruno Marty est relaxé pour une affaire de détournement de fonds. La justice lui reprochait d’avoir utilisé la carte bancaire de la Société d’Economie Mixte (SEM) à des fins personnelles pour un montant total de près de 2,2 millions cfp. Insatisfait de cette relaxe, le parquet fait alors appel.

Jeudi 12 janvier, coup de tonnerre au tribunal. Dans ses réquisitions, le procureur demande le double : 1 an de prison ferme, une interdiction d’exercer dans la fonction publique pendant 5 ans et une privation des droits civiques pendant 5 ans. Le procureur a également requalifié les faits. Bruno Marty est poursuivi, cette fois, pour "détournement de fonds par personne chargée de mission publique".

Si Bruno Marty n’a pas souhaité faire de déclaration à la presse, son avocat a qualifié cette affaire de "chasse à l’homme" de la part des autorités judiciaires. La cour d’appel a mis sa décision en délibéré au 8 mars prochain. Ni le Pays, ni le laboratoire des travaux publics ne se sont portés partie civile dans le dossier.
Publicité