polynésie
info locale

Car Bass : "une passion comme les autres"

loisirs punaauia
car bass
©Polynésie la 1ère
C'est ce que défendent les aficionados de Car Bass à Tahiti, qui sont désormais sans endroit fixe depuis la fermeture de la vallée de la Punaruu par un arrêté du maire de Punaauia. A Bora Bora, ils ont plus de chances et disposent d’un endroit adapté et réglementé. 
Depuis mercredi 11 décembre, la vallée de la Punaruu est fermée. Une barrière a été installée afin de filtrer les entrées dans la vallée, surtout le soir et le week-end. Et, à partir du 18 décembre, il faudra un badge magnétique ou une invitation pour pénétrer dans la Punaruu. 

La commune de Punaauia a octroyé une subvention de 5.5 millions cfp à l'association de copropriétaires de la vallée pour la construction de cette barrière. L'objectif : éviter les rassemblements de car bass et l'insécurité. "Cette vallée va retrouver sa fonction de vallée, expliquait mercredi matin Nelly Tumahai, présidente de l'association des propriétaires fonciers de la vallée, Les nuisances sonores, toutes les agressions qu’elle a subies, vont cesser". 

Du côté des fans de car bass, cet arrêté est véritable un coup de massue. Ils se retrouvent désormais sans endroit fixe. Mais, le collectif Car Audio Lover de Tahiti reste confiant. "Aujourd'hui, on espère pouvoir interpeller les pouvoir publics en leur disant que c'est une passion comme les autres, c'est comme un sport, on ne peut pas s'en passer", explique Anthonio Soares Pires. 
 

Interview


A 277 kilomètres de Tahiti, au coeur de la Perle du Pacifique, les amateurs de Car Bass ont rencontré le même problème il y a 1 an. Mais, depuis la signature d’une convention avec leur tavana Gaston Tong Song, ils ont obtenu un site à eux dans le district de Anau tous les week-end de 12h à 18h.  "On a pu avoir un dialogue avec notre maire qui a entendu les demandes de cette jeunesse", explique Vairena Tapi, la secrétaire de l’association.
 

Interview

 
Car bass une passion comme les autres

 
Publicité