polynésie
info locale

Réunion tripartite: la politique de la chaise vide

social tahiti
réunion
©(c) Présidence
Pas de réunion entre le Gouvernement les Patrons et les Syndicats hier soir. Cette réunion tripartite, promise à l’occasion du 1er mai, n’a pas eu lieu. 7 représentants des patrons, 7 représentants syndicaux et 7 ministres étaient pourtant conviés à la Présidence.
La commission tripartite annoncée le 1er mai par le Vice-président, ministre en charge du dialogue social, et prévue à la présidence ce mardi 27 mai 2014 n’a pas pu se tenir, en raison de l’absence des représentants syndicaux. Seul le syndicat de l’enseignement privé était présent. Cette commission tripartite, comme l’indique son nom, prévoit que les trois délégations sont également représentées. Le Gouvernement avait donc invité les
secrétaires généraux des sept syndicats représentatifs, ainsi que sept représentants des organisations patronales.

Pour sa part la délégation gouvernementale était composée du Président Gaston FLOSSE et de six ministres. Vingt et une personnes étaient donc attendues autour de la table de cette première rencontre tripartite, que les syndicats eux-mêmes disaient attendre depuis longtemps. Elle a pour objet de prendre contact et de renouer le dialogue social interrompu depuis plusieurs années, mais aussi de définir l’agenda social et de retenir les thèmes principaux des futures réunions de travail.

Le Gouvernement déplore cette absence injustifiée. Gaston FLOSSE nous a indiqué que "les syndicats n'ont pas daigné accepter de venir autour de la table, c'est regrettable. Personne ne nous donné d'explication de leur part, ni par SMS ni par lettre écrite !" . Une nouvelle rencontre tripartite a été reprogrammée pour le vendredi 6 Juin à 16H.

La version des syndicalistes est tout autre: ils étaient tous présents hier à l’entrée de la présidence, et étaient même en surnombre: 13 personnes au lieu des 7 invités. Seuls les secrétaires généraux étaient autorisés à entrer: ça n’a pas plu aux syndicats. Ils ont donc décidé de boycotter cette première réunion.
Publicité