polynésie
info locale

Sept nouveaux titres professionnels polynésiens reconnus par l’État

entreprises tahiti
Tarifs electricite
©AFP
Il y a désormais 36 titres professionnels pour la formation continue reconnus par l’État dans les domaines du bâtiment, de l’industrie, du tertiaire-service et du primaire. La Polynésie s’est en effet enrichie de 7 nouveaux titres professionnels par un arrêté du 6 juillet dernier.
L’État reconnaît désormais ces titres professionnels polynésiens, dans le domaine de la formation continue :
  • Carreleur (NIV V) ;
  • Couturier d’ameublement (NIV V) ;
  • Maçon (NIV V) ;
  • Soudeur (NIV V) ;
  • Technicien d’équipement en électricité (NIV IV) ;
  • Technicien supérieur de support informatique (NIV IV) ;
  • Manager d’univers marchand (NIV III).
Ces titres sont préparés et dispensés par le CFPA (Centre de formation professionnelle des adultes) et délivrés depuis 2013. Depuis cette mise en place, ils permettent aux candidats adultes de pouvoir s’orienter sur un nouveau parcours professionnel ou de développer un niveau de compétence supplémentaire.

De septembre 2013 au 31 décembre 2017, le CFPA a décerné 1 054 titres professionnels sur 1 226 présentations aux examens. Seuls 54 ont échoué et 118 n’ont obtenu que des partiels. Ces derniers ont cinq ans pour repasser le ou les certificats de compétence professionnelle manqués.

Il est important de mentionner que ces titres recouvrent les mêmes compétences, aptitudes et connaissances que les titres délivrés au nom de l’État.

Concernant les titulaires de ces titres, cette reconnaissance constitue un plus car ils peuvent s’en prévaloir tant sur le marché de l’emploi local que national. Il en est de même pour l’inscription aux concours de recrutement nationaux. La formation dispensée, au CFPA, pour ces titres est technique. Elle représente 75% de pratique et d’entreprise auquel s’ajoute 25% de théorie.

Enfin, cette complémentarité qu’apportent ces nouveaux titres répondent à un besoin de pouvoir diversifier l’offre de formation d’une part aux besoins des entreprises mais aussi et surtout de permettre la qualification de personnel en prévision des grands chantiers à venir.
 
Publicité