polynésie
info locale

Billabong pro Tahiti Jour 3 : les têtes de liste tombent, Michel Bourez reste !

surf teahupoo
Billabong pro Tahiti Jour 3 : résumé en images
Billabong pro Tahiti Jour 3 : résumé en images ©Polynesie1ere
À Teahupo'o, la compétition internationale de surf, la Billabong pro Tahiti a repris après 3 jours d'attente. Pas de grosse surprise aujourd'hui.
Le numéro 1 mondial Gabriel Medina s'est qualifié pour le tour suivant, tout comme le Tahitien Michel Bourez mais de justesse. Le résumé de cette 3è journée de compétition avec Inatio Raveino, Heidi Yeng Kow, Marcel Bonno, Tim Pruvost.
Billabong pro Tahiti Jour 3 : résumé en images

Résumé et analyse de cette 3ème journée de compétition par notre journaliste sur place,  Heidi Yieng Kow.


Bien que le premier point est prévu à 6h30 ce dimanche matin, le directeur de compétition prend son temps pour lancer la compétition. En effet, selon les prévisions, la houle arrive bien aujourd’hui, mais elle prend son temps. Du coup c’est après 9h seulement que la première série de surfeurs passe à l’eau.

Après plusiseurs jours de « waiting period », d’attente, on retrouve sur l’eau la série 12 du deuxième tour.
Dans l’eau, deux surfeurs australiens, classés 21ème ex-aequo sur le tour mondial : Matt Wilkinson et Adam Melling. La motivation est donc là pour chacun d’eux. Celui qui gagne cette série est sûr d’être mieux classé. La houle n’est pas encore bien présente, aussi c’est avec difficulté que les deux surfeurs arrivent à prendre des vagues. Malgré tout, c’est Matt Wilkinson qui se place le mieux sur les vagues. Il remporte sa série et se qualifie pour le 4ème tour.

Sur l’eau, les spectateurs commencent à arriver. Paddles, surfs, bouées, bateaux, pirogues, kayaks, tous les moyens de flottaison sont utilisés. Les taxi-boats en grande majorité formés par une association de pêcheurs de la presqu’île ne cessent leurs allers et venues. A 2000xpf/heure et par personne, c’est plus rentable que le poisson aujourd’hui ! Car le public s’est bel et bien déplacé jusqu’au bout de la route. Il faut dire que dans le troisième tour, les têtes de classement reviennent.

C’est d’ailleurs le 4ème mondial, Taj Burrow que l’on retrouve dans la première série de ce tour 3, il est opposé au Portugais Tiago Pires 28ème. Ce dernier sait que Taj connaît bien le spot, sans hésiter il surfe ainsi toutes les vagues qu’il peut. Une technique qui paye car il score rapidement une vague notée 9/10. Taj réplique avec une vague notée 7,40. Mais ce n'est pas suffisant, car juste derrière, le Portugais tape un tube presque parfait noté 9,67/10. Taj Burrow doit s’incliner.

Dans la série suivante, c’est le vainqueur de Teahupoo de l’édition 2013 que l’on retrouve sur l’eau, l’australien Adrian Buchan. « Bucco » prend lui aussi toutes les vagues qu’il peut. Il en score une première à 7,33, à laquelle Josh Kerr son adversaire répond avec un 7/10. Buchan prend encore une vague qu’il rate, et c’est en revenant sur le line up, la ligne de prise de vague, qu’une bombe apparaît à l’horizon. Buchan se place et réalise un tube qui sera noté 9/10. Il se qualifie pour le tour suivant.

Dans la troisième série, c’est notre 'aito, Michel Bourez que l’on retrouve ! Michel a décidé de ne pas fréquenter le spot pendant la waiting pour s’entrainer chez lui, notamment en relaxation et en méditation. A ce niveau là de la compétition, c’est vrai que les nerfs d’acier sont mis à rude épreuve, d’autant que les vagues et la nature, sont un paramètre qu’il est impossible de maîtriser. Pour le « Spartan » en tout cas, ces jours de travail sur soi payent. En effet, dans une série difficile où il est opposé au Basque Espagnol Artiz Aranburu, à chaque vague, c’est le coude à coude sur le spot. On joue la priorité, le bluff, et tour à tour, les deux athlètes se retrouvent à la tête de la série. Heureusement le polynésien marque rapidement une vague à plus de huit points, qu’il vient consolider avec une autre à 6,63/10. Bye Bye Aranburu ! Ia Ora na 4ème tour !

Les conditions de glisse se posent lentenement et sur le spot, c’est un enchevêtrement de nageurs, surfeurs, bateaux... Une joyeuse tribune où les boom boom des sonos, font concurrence au « oh » et « ah » et « ouah » des spectateurs admiratifs.

Sur l’eau on retrouve pour la 4ème série un américain , Kolohe Andino, et un Australien : Mitch Crews. Classés respectivement 9ème et 25ème sur le tour.  Sur cette série, Andino, ne laisse aucune chance à son adversaire, avec un 8,87/10 suivi d’un 9,23/10, il remporte sa série avec plus de 8 points d’avance.
Ce genre d’écart qui ne laisse aucun doute sur le vainqueur, on ne le retrouvera pas pour la série suivante, en effet, l’Australien Bede Durbidge et l’américain CJ Hobgood finissent ex æquo avec un score de 13,10. Et c’est ainsi avec la meilleure note que les deux surfeurs seront départagés. Le 8,17/10 de Durbidge bat ainsi nettement le 6,67/10 de Hobgood. Bede Durbidge se qualifie ainsi pour le tour suivant.

Dans la série 6, on retrouve le maillot jaune du tour : le brésilien, Gabriel Medina opposé à l’outsider de la compétition : Nathan Hedge qui a gagné son ticket d’entrée via les Trials où il est arrivé second derrière Taumata Puhetini. Medina prouve rapidement qu’il ne vole pas sa place de leader du tour, enchaînant les vagues à plus de 9.  Il score ainsi un 9,77, suivi d’un 9,03. Malgré une bonne vague notée 9,27/10, Nathan Hedge doit s’incliner. Mais il pourra se vanter d’être arrivé aussi loin dans la compétition, et d’avoir perdu face au numéro 1 mondial.

Après Taj Burrow dans la série 1, une autre tête du tour tombe dans la série 7. Joël Parkinson actuellement classé deuxième mondial ne fera pas mieux qu’un 7,17/10. Son adversaire, l’Américain Brette Simpson, classé 34ème actuellement score d’abord un 7,50 puis un 8,73 et renvoie l’Australien dans ses Billabong !

Lorsque débute la 8ème série, les conditions de surf sont optimales, une longue houle de 2,50m, pas de vent, du soleil et un public aux premières loges avec une vue sur les bombes qui arrivent sur le spot. Des bombes dont profitent les deux Hawaiiens en course : John John Florence et Sebastian Zietz. A coups de 9/10,  ces surfeurs donneront du beau spectacle, pendant la demi-heure que dure cette série. Et c’est John John qui décroche la première note parfaite de la journée : le 10/10 si recherché, et qui le qualifie pour le tour suivant.

Un 10, il y en aura un autre dans la série suivante, une vague parfaite réalisée par Kai Otton, vague qui le propulse au tour suivant aux dépends de l’Américain Nat Young. Des notes frisant la perfection le King « Slater » en donnera à la chaîne, avec cinq vagues notées de 9 à 9,87/10. Il écrase ainsi son adversaire le Brésilien Jadson André.

Dans la série 11, on retrouve deux Australiens : Owen Wright et Matt Wilkinson. Alors que le premier score des vagues à plus de 8, Wilkinson n’arrive pas à se positionner. Wright gagne avec 13 points d’avance.
Mais la dernière surprise de la journée arrive avec la dernière série du jour, opposant Mick Fanning, 3ème mondial contre Dion Atkinson, 31ème au classement général. Fanning triple champion du monde est hésitant, il ne prendra que deux vagues dont aucune ne dépassera les 6 points.  La seule bonne vague qu’il prendra ne sera pas comptabilisée parce que réalisée après le temps limite imparti. Fin de compétition pour Fanning.

Avec Mick Fanning, ce sont ainsi trois têtes de listes qui tombent. Joël Parkinson 2nd et Taj Burrow 4ème. Il ne reste ainsi pour l’instant personne entre Gabriel Médina numéro 1 et Michel Bourez numéro 5. Ainsi, si le Polynésien se maintient dans la compétition il est fort à parier qu’il remonte au classement général à l’issu de la Billabong Pro Tahiti. Mais bien sûr, les jeux sont loin d’être faits, et nous entamerons dès lundi matin, les 8ème de finales, avec en première série justement, notre Aito contre le protugais Tiago Pires et l’Australien Adrian Buchan vainqueur à Teahupoo l’an dernier.

Demain lundi 25 août,  vous pourrez suivre en direct la dernière journée de compétition suivie de la remise des prix sur Polynésie 1ère.
Publicité