Trafic d'ice entre Tahiti et les Raromata'i : 13 personnes mises en examen

trafic de drogue tahiti
Voiture Police
Dans le cadre du démantèlement d’un important réseau d’importation d’Ice entre Hawaï et la Polynésie, 13 personnes personnes ont été interpellées et mises en examen pour de multiples infractions liées au trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et blanchiment.
Dans un communiqué, le procureur de la République est revenu sur le démantelement large trafic d'ice entre les Raromata'i et Tahiti, comme nous le révélions le 25 septembre dernier. Fin 2019, exploitant des renseignements recueillis par les brigades territoriales de Bora-Bora et de Raiatea, la section de recherches de Papeete diligente une enquête sur des faits d’importation de stupéfiants (ICE) et d’association de malfaiteurs en vue de commettre des infractions à la législation sur les stupéfiants entre Hawaï et la Polynésie française, sous l’autorité du parquet de Papeete.

Les investigations, opérées avec l’appui du GIR permettent de mettre à jour une importante structure organisée qui a importé plusieurs kilos d’Ice au Fenua. Une information judiciaire est ouverte. L'enquête se poursuit dans le cadre de commissions rogatoires délivrées par le juge d’instruction.

En raison de l’ampleur des investigations à réaliser au regard de de ce réseau particulièrement bien organisé, dont les acteurs principaux se sont manifestement enrichis avec l’argent généré par ce trafic, une cellule d’enquête est créée avec le concours de la sous-direction de la police judiciaire de la DGGN. Des moyens humains et logistiques particuliers sont déployés. Le 22 septembre, au terme de plus de 9 mois d’enquête, une opération judiciaire d’envergure est déclenchée sur Tahiti, Bora-Bora et Raiatea.
 

13 personnes mises en examen


Une soixantaine de militaires de la section de recherches, du GIR, des deux compagnies (archipels et îles du Vent) et de l’antenne GIGN, appuyés par des équipes cynophiles, interpellent les principaux membres de ce réseau : commanditaires, grossistes, revendeurs et "mules". Au total, 14 mesures de garde à vue sont prises. De nombreuses saisies d’avoirs criminels sont réalisées sur des biens financés par l’argent du trafic, à Tahiti et Bora Bora.

Des véhicules, des bateaux, des équipements BTP, des comptes bancaires et du numéraire sont appréhendés pour un montant de plus de 283 000€ . Du mercredi 23 au samedi 26 septembre, 12 des 13 personnes personnes interpellées ont été présentées au magistrat instructeur et mises en examen pour de multiples infractions liées au trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et blanchiment. A l'issue de ces présentations, 8 personnes sont incarcérées et 4 placées sous contrôle judiciaire.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live