Plus de produits locaux pour mieux manger à la cantine

consommation tahiti
Vers de meilleurs repas scolaires confectionnés avec davantage de produits locaux ?
Archives. Manger local, cela s'apprend. ©Polynésie la 1ère

Parmi les décisions prises hier par le conseil des ministres, le projet de loi de Pays sur la promotion des produits locaux dans les cantines a retenu l'attention, notamment celle de mères de famille dont les enfants déjeunent à l'école. Elles espèrent que cela améliore la qualité des repas.

"Avec la mise en place du schéma directeur de l’agriculture 2021-2030, le Pays a choisi d’assurer sa sécurité alimentaire au travers d’un réseau d’exploitations agricoles de type familial et de petites unités de collecte et d’agro-transformation réparties sur l’ensemble des archipels polynésiens. Cette politique favorisera une économie de proximité et un approvisionnement en circuits courts, garants de la fraîcheur des produits.

Pour porter cette volonté de retourner vers une agriculture et une alimentation polynésienne plus traditionnelle mettant en valeur les produits du fenua, le conseil des ministres a transmis à l’avis du Conseil économique, social, environnemental et culturel (CESEC), un projet de loi du Pays élaboré par le vice-président, ministre de l’Agriculture, visant à la promotion des produits locaux dans la restauration scolaire.

Ce projet définit ainsi des taux minimaux de fruits, légumes, produits vivriers, viandes et poissons, à respecter pour l’élaboration des menus dans les restaurants scolaires.

Habituer les quelque 60 000 élèves du primaire et du secondaire qui déjeunent dans les restaurants scolaires à « manger local » sera un moteur pour faire changer durablement les habitudes alimentaires polynésiennes."

Bon ma'a

 

Interrogées sur ce projet de loi, des mères de famille dont les enfants déjeunent à la cantine y sont plus que favorables. Car Inès a préféré les retirer de la cantine. C'était moins une question de coût que de goût. En fait, elle payait pour que ses 3 enfants mangent "des repas infectes préparés par un traiteur connu... Par exemple, les pâtes étaient gorgées d'eau car trop cuites ; la viande, seulement du gras". A force, ses enfants "ne mangeaient plus que du pain". D'où leur retrait de la cantine scolaire. Avec ce projet de loi, Inès espère que "les repas soient plus qualitatifs".

Même son de cloche pour Caroline dont la fille de 13 ans est scolarisée au collège de Arue. "Il y a peu de produits locaux à la cantine", remarque-t-elle. "Certains jours, elle préfère seulement manger du pain !", tellement les repas ne sont pas bons. Alors Caroline est tout à fait partante pour que ce projet de loi aboutisse. "S'il y a possibilité qu'il y ait plus de produits locaux à la cantine, j'accepterais, même si les prix des repas sont plus chers". Et espérons meilleurs.