Apprendre à vendanger sous le soleil de Rangiroa

entreprises rangiroa
vendanges / vignes Rangiroa
©Polynésie la 1ère

Une douzaine de jeunes Polynésiens inscrits au lycée hôtelier d’Outumaoro, dans une formation avec mention complémentaire "sommellerie", ont pu participer aux dernières vendanges du domaine de Rangiroa. Il s’agissait d’une grande première pour ces élèves. 

Après plusieurs heures passées sous le soleil à cueillir des grappes de raisins et à tailler des vignes, les douze élèves sommeliers prennent la pleine mesure du dur labeur des vendanges. D'autant plus que l'environnement des Tuamotu n'est pas le plus accueillant pour un vigneron.

"En venant ici, on a appris la dure loi des vignerons, le travail qu'ils font sous la chaleur surtout ici en Polynésie", explique Hotu Atger, élève en formation. Jacqueline Tuairau, elle, est chef de culture.  La jeune femme rappelle l'importance de la vendange. "Il faut bien ramasser ce qui est bien mûre et ce qui est un peu éclaté. Sinon, le plus important c'est la taille. Si on ne taille pas bien, ça ne produit pas beaucoup".  

 

vendanges /vignes / formation
©Polynésie la 1ère

 

Cette immersion dans les vendanges du domaine de Rangiroa est une opportunité pour ces futurs sommeliers polynésiens. Crise de la covid-19 oblige, un déplacement à l'international était compliqué à organiser, alors les bases d'un partenariat local ont été jetées. "Normalement, c'est un stage qui est proposé en Métropole. Vu la situation sanitaire, on a eu la chance de pouvoir le faire à Rangiroa et je pense d'aillleurs que ce sera positif aussi pour les prochaines années. Pourquoi partir en Métropole quand on peut aussi travailler sur place ? ", s'interroge Vaiare Tama, professeure de gestion commerciale. 

Ces élèves seront aussi les ambassadeurs d'un produit "vin de Tahiti", qu'ils auront la légitimité de promouvoir et de vendre car ils le connaîtront sur le bout des doigts. "Pour moi, c'est top car c'est la première fois que je vois un vignoble de ma vie. Pour une première, pour faire une vendage ce n'est pas facile mais il ne faut pas se précipiter", admet  Alexandre Arai, élève en formation. 

 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live