publicité

L'association 193 maintient la pression à l'occasion de ses 3 ans d'existence

L'association est née en 2014. Jeudi 24 août, lors d'une conférence de presse, elle fait état des actions menées au cours de ces trois années d'existence mais aussi un point sur les revendications et les blocages qu'elle rencontre.

© GT - Polynésie 1ère
© GT - Polynésie 1ère
  • A. T, I. A-H
  • Publié le , mis à jour le
"Les oubliées : les populations polynésiennes", c'est ainsi que s'intitule le dossier de presse de l'association 193. Elle estime qu'on lui met des bâtons dans les roues depuis sa création mais elle maintient tout de même la pression sur le gouvernement.

Aussi, à l’occasion  des  trois  années  d’existence  de  la  structure,  ses membres   veulent  inciter  les  familles  touchées  par  les  effets  des  essais  nucléaires,  à  rompre  l’isolement,  à se manifester. Depuis sa création, 137 dossiers ont été constitués auprès de la CARVEN, la cellule d’accompagnement et de réparation des victimes liées aux essais nucléaires. Aujourd'hui, 36 d'entres eux ont été expédiés et 18 ont été reçus au CIVEN, le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires.

Père Auguste Uebe Carlson 1er Vice président de  « l’Association  193 » veut  rappeler au gouvernement  certains points  fondamentaux, comme  la   nécessité  d’organiser  un Référendum local   sur  les  conséquences des essais  nucléaires.

Il est au micro d’Ibrahim Ahmed Hazi :

Essais nucléaires


A noter qu'à ce jour, l'association 193 a vu toutes ses demandes de subvention refusées par le gouvernement.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play