Un repas pour réchauffer le coeur des malades polynésiens évasanés à Paris

solidarité
Célébration oecuménique au rosier rouge à Paris
Une célébration oecuménique s’est tenue ce dimanche à la résidence des malades, le Rosier rouge, dans la région parisienne. De nombreux élus étaient présents pour entourer les malades du fenua auxquels le président Edouard Fritch a offert un repas polynésien.

Célébration œcuménique et repas polynésien au Rosier rouge à Paris. Une célébration œcuménique s’est tenue ce dimanche 14 novembre 2021 aux « Rosiers rouges », centre d’accueil des malades venant de l’outremer, de la métropole et de l’étranger, situé à Vanves aux portes de Paris. Ce centre accueille notamment les polynésiens évasanés en métropole. Une journée qui a permis à ces malades d’être entourés et de partager un repas polynésien.

La célébration oecuménique pour les malades polynésiens à Paris s’est tenue dans la belle chapelle du Rosier Rouge, présidée par le pasteur HIOE. Plus de 120 personnes ont pu assister à la célébration dont plus d’une cinquantaine de malades. On a pu noter la participation de nombreux maires et élus municipaux actuellement présents à Paris pour le congrès des maires, parmi lesquels la sénatrice Lana Tetuanui, le président du SPCPF Cyril Tetuanui, les maires de Moorea Maiao, des Gambier, de Tahaa, de Rimatara, de Mahina, de Fatu Hiva et de Hao. La déléguée de la Polynésie française s’est également jointe à la célébration.

célébration oecuménique avec les malades polynésiens à Paris

À la fin de la célébration, la sénatrice Lana Tetuanui a pris la parole pour remercier, au nom du président Edouard Fritch et de tous les maires présents, le pasteur et l’assemblée pour cette belle célébration, ainsi que toutes les associations œuvrant en faveur des malades, comme « Te ramepa ora » et « A tauturu ia na », pour leur présence et leur engagement constant en faveur des malades.

Un repas a ensuite été offert par le président du pays aux malades, aux accompagnateurs et à toute la communauté polynésienne présente. C’était également l’occasion de marquer les fêtes de fin d’année qui approchent et de redonner un peu de baume au cœur après une période pénible de restrictions sanitaires consécutive à la crise de la Covid 19. Les malades étaient ravis d’avoir pu échanger avec leurs Tavana. Certains maires ont ainsi pu prendre des nouvelles de leurs administrés et mieux mesurer ce que représente la vie des malades poly-
nésiens évasanés en métropole.