Vœux du Président Édouard Fritch

noël
Vœux du Président Édouard Fritch
Le Président de la Polynésie française Édouard Fritch présente ses vœux aux Polynésiens pour l'année 2022.

"Madame, Monsieur,

Chers concitoyens, 

Chers amis, 

Je veux tout d’abord vous souhaiter de belles fêtes. Que la joie de ces festivités de fin d’année et l’anniversaire de notre Sauveur illuminent et réchauffent nos cœurs. 

C’est une période de partage, de rencontres en famille et avec les amis. Nous en avons tous besoin. Nous avons aussi besoin de paix, d’espérance et de confiance. 

L’année qui s’achève nous a malmené. Elle nous a meurtri. Beaucoup d’entre nous ont perdu des êtres chers. 

A présent nous avons besoin de passer à autre chose, d’avancer. Je ne m’attarderais pas d’avantage sur cette année qui a souligné nos limites et notre fragilité. Ayons l’humilité d’en tirer les leçons pour l’avenir. 

La vaccination est un acte d’amour disait le Pape François. Elle nous protège. Elle protège les autres, en réduisant les risques de transmettre le virus autour de nous, elle empêche les formes graves de la maladie.

Je voudrais que nous n’ayons pas à payer le prix fort au lendemain de ces fêtes. C’est mon vœu le plus cher. Les conséquences d’une nouvelle vague comme celle qui s’est abattue sur nous cette année, seraient catastrophiques à tout point de vue. 

Grâce aux efforts de tous, nous avons pu contenir la progression du virus. Ne détruisons pas les fruits de ces efforts, ne baissons pas la garde, restons vigilants. Le virus circule toujours. 

Chers amis, j’entends ici et là ces discours qui se radicalisent, qui opposent. J’entends ces mots qui font mal et qui excluent. 

Ces ferments de la division sont présents et menacent l’essence même de la société polynésienne qui se fonde sur l’esprit communautaire, le partage, la solidarité, l’accueil, le respect et la foi. 

Ces valeurs fortes fondent notre identité.

Moi, je veux rassembler. Restons unis pour affronter les difficultés et les surmonter. Je veux croire que les valeurs polynésiennes que nous portons sont plus fortes que ce qui nous divise.

Ayez confiance. 2022 sera une année décisive. Elle sera décisive pour les réformes indispensables, à commencer par la préservation de notre pacte social de solidarité, notre PSG. Là aussi, grâce à notre effort collectif, nous protègerons nos familles en garantissant et en pérennisant les prestations sociales, la couverture maladie, les retraites, le minimum vieillesse. Je vous dis merci pour votre effort et votre contribution. 

Chers amis, le monde change. Il nous oblige à nous adapter et à nous réinventer. Ces évolutions nous amènent à nous interroger sur la société que nous voulons pour demain. Je l’ai dit, rien ne sera plus jamais comme avant. Nous devons changer notre manière de voir, notre façon de faire. Nous devons aussi renouer avec notre culture et notre identité polynésienne, y puiser ce qu’il y a de meilleur. 

Je veux construire et promouvoir, avec vous, une société plus juste, plus solidaire, plus fraternelle, dans laquelle chaque citoyen a autant le souci des autres que de soi-même. 

Je crois dans notre capacité de résilience née de notre esprit communautaire, de notre culture et de notre foi. Nous avons cette force commune de rester confiant en l’avenir. 

Je veux partager avec vous cette espérance. Restons mobilisés et unis sur ce qui nous rassemble. 

A l’horizon plus lointain se profilent les Jeux Olympiques de 2024 et les Jeux du Pacifique de 2027. Notre Jeunesse incarne l’avenir et elle sera au rendez-vous. Elle fera, j’en suis sûr, notre fierté à tous. Avec elle et pour elle, construisons avec ardeur et générosité une Polynésie audacieuse qui leur ressemble. 

L’année qui vient sera avant tout faite de ce que nous y apportons. Alors, si vous le voulez bien, entrons dans cette nouvelle année, tous ensemble, avec le meilleur de nous-même. 

Tel est le vœu que je formule aujourd’hui pour chacune et chacun d’entre nous.

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2022".

 

"E hoa here mâ e, 

Tatou e to te nunaa e faaroo mai nei, 

Ia ora na i te Aroha o te Atua, te Tumu ôtahi o to tatou ora, i to tatou farereiraa nei. 

Hinaaro nei au, na mua roa, e parau atu ia tatou e, ia maitaì roa tatou i teie mau ôroà o ta tatou e ora nei. 

Inaha, e tau teie e faaìte ai tatou i to tatou here, to tatou aroha, to tatou òaòa e to tatou mauruuru te tahi e te tahi. 

Ia turamahia e ia haa-mahanahana-hia to tatou âau e te mauruuru e te òaòa no teie tau o te mau ôroà. 

Ua ìte atoà râ tatou e, e hinaaro rahi atoà to tatou i te hau, e i te tiaì-tururaa ora. 

E hoa here ma, mai ta tatou paatoà i ìte, aita teie matahiti e hope nei i faa-herehere ia tatou. 

Ua tuu râ ia tatou i roto i te àti, te mauiui e te òto rahi.

E, i mua i te reira, e mea titau-hia ia tatou ia haere i mua mâ te faaî ia tatou i te paari. 

Ma te faa-haehaa tatou ia tatou, ma te tapeà mai i te mau haapiiraa atoà e au ia tatou, no te mau tau o ta tatou e haere atu nei. 

E hoa here ma, ua faahiti na te Pâpa François e, te patia arai, o te tahi ia tuhaa òhipa e faaìte ra i te here e te aroha. 

Inaha, te paruru nei te reira ia tatou e te paruru nei hoì i te tahi.

Toù manaònaò-raa rahi, maori râ, ia òre tatou ia topa faahou i roto i te tahi â tau fifi, i muri aè i teie mau ôroà. 

No te mea, e rahi atu â, âano atu â, e hohonu atu â to tatou fifi e to tatou àti i roto i te mau tuhaa atoà o to tatou oraraa nunaa e te oraraa fenua. 

Haa-mauruuru nei râ vau i te Atua, ìnaha, na roto i to tatou itoito tataì-tahi e to tatou haapaò, ua tià ia tatou ia arai te parare-raa e te tupu ûàna-raa no teie maì. Teie ra, tei rotopû noa â teie tirotiro ia tatou.

No reira, èiaha tatou e haa-paruparu, e mau maite râ i to tatou itoito e to tatou haapaò, ma te tuiau maite i to tatou mau rima. 

Te tahi atoà manaò, e hoa here mâ, o to ù ia hinaaro e faaitoito ia tatou i te arai-raa e te faa-òre i to tatou mau taaê-raa e to tatou mau âmahamaha-raa, tapeà tamau râ ma te natinati maite i to tatou hoê-raa, ia òre tatou ia tute ê atu i te tahi. 

I te mea ho’i e, te ìtehia nei te reira mau parau, te reira mau manaò e mau hinaaro, e faatupu i te mata êraa, te âmahamaharaa i roto ia tatou. 

No te mea, èere te reira i to tatou huru Maòhi. 

To tatou papa, tei nià ia i te oraraa âmui, e ìtehia ai te parau no te horoà, no te tauturu, no te farii, te faatura, te haehaa e te faaroo. 

E hoa here ma e 

I aù nei, e hinaaro rahi to ù e e tiàturi-raa rahi to ù i te hoê-raa. 

E to ù nunaa iti e, a mau papu i to tatou hoêraa, e na to tatou hoê-raa e horoà ia tatou te itoito e te puai no te tatara i to tatou mau fifi. 

Te tiàturi atoà nei au e, te faufaa ta to tatou mau tupuna i vaiho mai e ta tatou e mau nei, ua hau atu ia i te maitai e te faufaa, i te mau mea atoà e ìmihia nei no te faataa ê ia tatou. 

A tuu i te tiàturi-raa hau i roto ia tatou. 

Teie matahiti 2022, e matahiti faufaa rahi. 

Na mua roa, i te pae no te mau faaâpi-raa e faa-titiâifaro-raa e hinaaro hia no te oraraa totiare e te autaeaè-raa. 

E ua ìtehia e, maoti ta tatou mau tautoo-raa âmui, e fanaò â tatou i te mau tauturu totiare.

E hoa here ma e, te ìte noa nei tatou i te taui-raa o te oraraa o teie nei ao. 

E mea titau atoà-hia ia tatou ia faatano e ia faanaho faahou i to tatou oraraa âmui. 

Ma te uiui e te feruri atoà râ e, èaha te huru oraraa totaiete ta tatou e hinaaro nei no ânanahi, no tatou e no ta tatou mau tamarii ? 

Mai taù i faahiti atu na, e faaâpi i ta tatou hiòraa e ta tatou huru faanaho-raa i to tatou oraraa. 

Te tiàturi nei au i to tatou puai e to tatou itoito ta to tatou mau tupuna e to tatou Atua, i horoà mai ia tatou no te haere âmui i roto i to tatou oraraa. 

No reira e hoa here ma, no teie tau âpi, e tuiau âmui i to tatou mau rima i roto i te faatura, e natinati faahou ma te haehaa i to tatou mau taura fetii i te Here e te Aroha o te Atua. 

Ia topata To na Hau e Ta na mau Haamaitaì-raa i roto i to tatou âau.

Ia tauahi To na Rima Metua i nià ia tatou e to tatou oraraa taatoà. Tano ai te reo o te Atua i to na perofeta ra ia Itaia i te na ôraa e : « O vau hoì te Fatu to Atua, o tei mau ia òe i to rima âtau ra ; o tei parau atu ia òe e, èiaha e mataù, o Vau to òe tauturu ». (Itaia 41/13). 

IA ORA NA E IA MAITAÌ ROA TATOU I TEIE MATAHITI ÂPI 2022"